Effeuille mes rêves

Nouvelle rentrée

J’ai eu vachement de mal à m’endormir cette nuit.

À deux heures du matin, j’avais les yeux encore grands ouverts. J’ai pas absorbé le moindre cachet, aussi, puisque je reprends les cours. Peut-être que mon corps s’est habitué ? En tout cas, maintenant, il va falloir qu’il réapprenne à faire sans et à se contenter des tisanes du soir.

J’appréhendais pas mal la rentrée, et au final ma matinée a été… particulière.
La journée entière a été particulière, je peux le dire maintenant avec le recul. J’ai eu le moral qui a fait le yoyo pendant toute la première partie, et ensuite ça s’est stabilisé… dans le bon sens pour une fois !

Au début, je déprimais pas mal parce que je me suis aperçue que j’ai développé un grand complexe d’infériorité vis-à-vis de la copine à Jareth.
Je me recroqueville à chaque fois que je la vois. C’est plus fort que moi. Et je me dis des trucs comme "tu seras jamais aussi parfaite qu’elle ; parfaite, c’est le mot : cette fille a absolument tout pour elle, tout pour rendre les gens fous d’elle !"... et je peux pas en démordre.
Bonne année, héhéhé !
Ensuite, j’ai croisé Jareth lui-même. Qui n’a pas eu l’ombre d’un sourire. Rho… Sur le coup, ça m’a pas préoccupée parce que je m’efforçais de retenir le strident "hiiii, t’es vivant !!" qui me brûlait le bout de la langue, mais une fois qu’il a été passé, ça m’a rendue (un peu) triste.
En plus, j’avais la musique de Titanic dans la tête !

Bref, j’ai textoté Vanina pour me défouler, et je me suis sentie mieux.

À tel point que ça a été l’inverse qui s’est alors produit !
Je me sentais plutôt bien par la suite. J’ai croisé le regard d’Othélie qui comme d’habitude a fait la tête de quelqu’un qui vient de marcher sur une merde (du pied droit) avant de détourner les yeux ; mais, hé, j’en avais absolument rien à foutre !!
Guérie de la Othélie, dis donc ! Petite tape sur l’épaule de moi à moi !
Après tout, si elle a un problème avec moi… c’est son problème ! J’ai rien fait de mal, donc ça doit réfléter quelque chose qu’elle n’a pas réglé avec elle-même.

J’ai parlé à ma psy de tout ça, ensuite, et la séance a été incroyablement productive !
On a vraiment instauré un dialogue ciblé sur ce qu’il fallait. Elle a mis en évidence les progrès que j’ai fait, et… WOW ! C’est vrai que voilà quoi !
J’ai ressenti de la colère pour quelque chose qui la justifiait totalement. Je ne ressens jamais de colère, d’habitude. Je suis passée au-dessus de cette histoire avec Othélie. Je positive le plus souvent possible, je me sens ainsi mieux dans mes pompes. J’ai fait des démarches sincères, autonomes, et mises en pratique par la suite pour m’en sortir… vraiment, je suis fière de moi !

Et -rien à voir - mais j’ai réintroduit tout plein de fruits dans mon alimentation. Je carbure aux pommes depuis ce matin.

Je suis donc de bonne humeur.