Effeuille mes rêves

Balise

J’ai failli abandonner mon journal.

Je me suis sentie très dispersée, cette semaine. Scindée en plusieurs mini-Aloha sans volonté ; exactement comme un miroir brisé.
J’ai eu envie de disparaître, et le soutien des quelques diaristes virtuels qui me lisent étant l’un des plus forts que je reçois en ce moment… j’ai pensé à faire disparaître ça aussi.

Mais finalement, non. J’ai pas réussi à m’y résoudre.

Parce que je dois avouer que j’ai peur.
J’ai peur de ce monde dans lequel on vit. Je savais déjà qu’il était effrayant, mais j’ai ouvert les yeux malgré moi et ce que j’ai vu… m’a pas plu du tout.
J’ai peur, parce que oui je le reconnais, je suis égoïste. Au-delà de tous mes idéaux utopiques, au fond, je ne suis rien qu’une fichue petite égoïste. J’ai été bouleversée de tout ce remue-ménage à cause de Mégaupload et Mégavidéo. C’était important à mes yeux d’avoir ma dose de série facilement accessible sur le net… J’exagère pas ; ça m’aidait à tenir de pouvoir m’évader ! Et là, je suis même pas sûre d’avoir ma dose de "Once Upon a Time"... alors je suis triste.
Et cette tristesse est plus forte que la pensée de tous ces techniciens que je prive de la totalité de leurs salaires en streamant. Désolée…

J’ai peur pour demain aussi.
Je ne regrette pas de m’être enfuie et d’avoir aérer ma tête loin de l’école pendant une semaine. Sauf que maintenant je me rends compte que je vais pas pouvoir rattraper tout ça aussi bien que ce que je l’avais pensé !
Rien de bien alarmant, cependant, mais bon j’ai le moral fragile en ce moment donc ce genre de pensées n’est pas agréable du tout.

J’ai oublié toutes les mesures que j’avais repéré pour essayer d’aller mieux dans ma tête.
Huuummmppfff. J’espère qu’elles reviendront, j’me sens pas d’assumer le quotidien sans rien pour me soutenir.

Bon, je fouette un max à cause des examens bien sûr !
Mais ça, ça fait presque partie de mon paysage sentimental pourrait-on dire.

Par contre, contrairement à d’habitude, j’ai pas peur de revoir Jareth.
Ça, c’est cool. Je m’en fous. Une semaine loin de lui et de sa copine parfaite, et tout semble plus clair. Ok, on ne sera jamais ensemble. Ok, on ne se parlera sûrement pas plus. Ok. Pas grave.

Et là, je m’aperçois que j’ai perdu Internet.

J’ai peur de me noyer dans l’océan d’incertitudes que sera demain. Toute seule. Encore.

P.S : Haha ! Grand soulagement, Internet revenu finalement.
J’me savais pas autant accro… c’en est presque déprimant.