Effeuille mes rêves

Dolls

J’ai une envie dévorante de rejouer à la poupée.

Comme avant. De prendre mes Barbies et d’inventer tout plein d’histoires sans avoir à me dire "oh non mais franchement, t’es ridicule, là...".
Ça m’obsède réellement ! Y’a une partie de moi qui dit : "Allez, vas-y, t’es toute seule mais tu le seras pas longtemps donc profites-en !!!" et l’autre qui rétorque "Non mais t’es malade ? ! Tu sais plus faire de toute façon, alors ça sert à rien de te prouver une fois encore que t’es une vraie cruche, beaucoup trop rêveuse".

J’ai bien envie de le faire juste pour clouer le bec à cette deuxième voix qui m’emmerde royalement, mais elle n’a pas tout à fait tort : je me rends compte que même si je voulais, je ne saurais plus faire comme avant.

Y’a des fois où c’est triste de grandir, parce qu’on perd une partie de soi en même temps.