Effeuille mes rêves

Poème du matin

Oh punaise, je viens de me faire agresser par Claude François !

Une pub où il chantait s’est incrustée sur mon ordi et ça m’a fait sursauter (mode teubé on).
Ça m’énerve parce que je reçois plein de pubs en ce moment… ça me gonfle. Quand ce sont des trucs inoffensifs, encore, ça passe ; mais quand ce sont des pornos… beurk et merci bien quoi.

BON bref ! C’était pas du tout sur ça que je voulais écrire !

Cette nuit, j’ai fait un super méga rêve où j’étais une fée et un autre super méga traumatisant que je ne peux pas décrire.
Du coup, en me réveillant, j’ai eu besoin d’expulser tout ça et j’ai écrit un petit poème (sans prétention : je sais que c’est bas comme niveau mais je suis à chaud là donc je vais le publier) :

Je ne souris pas
Tout mon être a lâché
Et je refuse cela
Trop faible pour encaisser
La bravoure que j’ai en moi s’émousse, me pousse et me repousse
On dit pour ça que je suis douce sans voir les secousses sur ma frimousse

Je ne souris pas
Cette fois c’est pas drôle
Car je ne rigole pas
Toutes mes pensées s’étiolent
Le gros nuage que j’ai en moi fait brouillard dans mon esprit
La dépression se réinstalle et encore une fois j’en paie le prix

Je ne souris pas
Toutes ces idées s’entassent
Et je ne sais pas
Comment me faire de la place
Et j’accumule ces défaites de plus en plus lourdement
Le temps coule tranquillement et moi je suis à contre-courant

Je ne souris pas
Je suis une paria
Car c’est de moi à moi
Que de mois en mois je ploie
Je bois toujours la tasse ne perdant pas de vue la surface
J’ai été exilée de ma vie mais je m’accroche, je suis tenace

Je ne souris pas
Car rien n’est plus sérieux
Que ce voile-là
Qui dissimule mes yeux
J’ai beau sortir mes griffes pour essayer de le déchirer
Une fois de plus il se rebiffe et va se régénérer

Je ne souris pas
Je suis trop concentrée
A mener ce combat
Qu’un jour oui je vaincrai
Ce beau malheur ne peut pas siéger éternellement dans mon mental
Je ne suis pas ce que je pense mais j’ai des doutes et ça fait mal

Je ne souris pas
Il est si difficile
Mais admissible, en soi
D’atteindre la sainte île
Qui me sauvera de ce naufrage de plusieurs années
Le temps perdu c’est mon futur bonheur, je n’ai pas peur, qui va le rattraper

Voilà !

Allez, aujourd’hui cours de chant et premier cours de sophrologie. Ce sont mes parents qui me poussent à essayer la sophro. Je m’en serais bien passée, personnellement, mais ils m’ont un peu forcée la main donc j’essaie.
Après tout, j’ai bien dit que j’allais tenter divers trucs pour m’en sortir. Faut assumer maintenant !

EDIT : Rha, c’est le jour où j’ai prévu de poster ma fanfiction et Internet plaaaaanteuh !!!
Il a pas intérêt à me faire cette frayeur bien longtemps, sinon… sinon… sinon je vote pas ! Na !
(Hou la menace !)