Effeuille mes rêves

On continue l'ascension

Cette fois est différente des autres, sans l’être totalement…

Je me sens totalement perdue. D’habitude, je récupère en une nuit, mais là… oui, m’enfin pas totalement.
Y’a ce petit coin de mon cerveau qui reste définitivement blasé. Pas totalement, cependant. Je n’ai aucune certitude : pas de certitude que je vais m’en sortir, et pas de certitude que je vais retomber. Un mélange des deux, seulement, un mélange sans goût qui ne me conduit à rien.

Je suppose donc que rien ne changera encore une fois.

Mais je ne m’attarde pas sur cette pensée, sinon je vais pleurer encore.

J’ai finalement parlé avec Sonny… 2h46 !! ! C’est juste énorme ! !
Elle a réussi à me faire parler de moi, tout compte fait. Ça ne m’a pas réellement soulagée, mais ça m’a permis de lui expliquer un peu mieux ma situation ; et surtout de m’apercevoir qu’elle la comprenait bien mieux que ce que j’avais imaginé.
Elle a dit des choses qui m’ont rassurée… et d’autres non. Mais Sonny n’est pas Dieu, donc c’est normal ; ce qu’elle a dit de bien, déjà, me convient tout à fait. Je suis plus tranquille maintenant que je sais que ma cousine me soutient pour de vrai.

Mon petit avatar mental qui grimpe pour se sortir du fond du gouffre a les pieds qui tremblent.
Mais encore la force de ne PAS regarder en bas. Ne se retourne pas. Dès que j’entends quelque chose, je l’oublie aussitôt. Je me concentre sur l’instant présent.

Ça fait deux jours que je n’ai pas travaillé. Ça commence à me déranger un peu, mais je n’ai tout simplement plus la force.
Il y a quelque chose en moi qui me demande de m’arrêter. J’ai toujours ce poids sourd sur le corps et surtout dans la tête. Je suis inquiète à ce propos. Mais je m’efforce de ne pas y penser ; il se manifestera quand il se manifestera.