Effeuille mes rêves

Un grand tournant

J’ai pris une décision difficile, ce soir.

J’arrête l’école.
Pas complètement, en fait. Je veux juste dire que je redouble. Je rentre chez moi maintenant, et j’y reste jusqu’à la prochaine rentrée.

Ma psychologue m’a soutenue dans ce choix. Elle dit qu’il faut que je me reconstruise, et que je suis arrivée à un point d’obsession envers mes études si élevé que je ne peux que me retirer de "l’arène" que je me suis bâtie pour prendre du recul.
Et puis honnêtement, je le sentais que j’étais à bout. Je ratais mes exams les uns après les autres… Je n’avais plus une once de vitalité… Chaque jour était un combat contre les idées noires, la trouille viscérale d’échouer, les médicaments… il fallait que je fasse quelque chose ! !

Est-ce que les mots ont réussi à témoigner de la fatigue perpétuelle dans laquelle j’évolue ? Est-ce que les mots ont crié sur mon journal à quel point j’avais mal, à quel point la douleur mentale m’enserrait la tête comme un étau ? Est-ce que les mots sont parvenus à expliquer que je me sens faible et que je peine à vivre… je survis vaguement ?

Je ne veux pas me poser en martyr mais pour la première fois depuis que je fréquente ce site, je m’y sens seule. Je ne sais pas si quelqu’un, un anonyme dans le monde du Net, me lit et me comprend… j’aimerais que ce soit le cas !
Mais j’avance sur mon chemin de toute façon. Je le dois. Je n’abandonne pas, je recule d’un pas pour prendre mon élan.

C’est soit le coup de grâce qui sauvera ma vie, soit la plus grosse erreur que j’aurais jamais faite. Pile ou face.