Effeuille mes rêves

← Retour au journal

mai 2012

Ben tiens !

Ce serait pas drôle sinon ! Aller à la pharmacie en ayant oublié sa carte vitale, mouhahaha, bieeeeeen Aloha ! Je me suis réveillée à sept heures du mat' et mon père (la candeur sportive incarnée) me dit, presque comme un réflexe : "Eh ben va promener si tu peux plus dormir ! Pis tu passeras à la pharmacie aussi comme ça !". Alors moi pas encore éveillée, je me dis héroïquement que je vais carrément me faire 30 minutes de marche avec courbatures jusqu'au centre commercial en centre-ville pour en profiter pour acheter le petit-déjeuner. Sauf que la pharmacie était (...)

Nuit de folie (pour de bon)

Ouaiiis ! Joyeux anniversaire JI ! Beaucoup de changements, c'est... surprenant ! Mais agréable. Je n'arrive pas pour le moment à poster dans les forums ! Alors en attendant, je te remercie, Jenny, de ta venue (je répondrai bien sûr plus en détail quand j'arriverai à poster !) et B. : bonne chance avec Charming !! T'es quelqu'un de bien, il va t'adorer, t'en fais pas ! =D J'ai la tête en vrac à cause de la nuit de dingue que j'ai passé. Je me remets doucement de mon état maladif d'hier. Je me demande en fait si ce n'est pas une conséquence du changement de traitement préconisé (...)

Le cauchemar qui se transforme en rêve

Mon rêve, donc. Comme l'indique le titre, c'était un cauchemar au début. Pendant le quart numéro un, je me trouvais dans un asile psychiatrique (c'est à cause de cette histoire de "une chance sur trois de devenir schizophrène, mademoiselle", je suppose, que je crois avoir zappée... ou pas, bref tout est dit de toute manière). Oh, je m'y trouvais bien ! J'étais la plus jeune internée, donc tout le monde était sympa avec moi ; et personne n'était fou au sens strict du terme. Ces personnes adorables avaient simplement une manière de percevoir la réalité qui ne concordait pas avec (...)

La lice et sa compagne

Avant d'y aller : voici une fable de La Fontaine que j'avais mis en privé son mon journal, en début de mois. Elle me plaît bien, parce que c'est du vécu. (Une lice est une chienne de chasse.) Une lice étant sur son terme, Et ne sachant où mettre un fardeau si pressant, Fait si bien qu'à la fin sa compagne consent De lui prêter sa hutte, où la lice s'enferme. Au bout de quelques temps, sa compagne revient. La lice lui demande encore une quinzaine ; Ses petits ne marchaient, disait-elle, qu'à peine. Pour faire court, elle l'obtient. Ce second terme échu, l'autre lui redemande Sa (...)

Seule

Je suis en grosse rechute depuis quelques jours... J'ai essayé de le cacher sous un faux masque de jovialité, mais je vais très mal. Je me sens seule... seule à en crever. Quelqu'un (je ne sais plus qui, désolée pour lui/elle...) m'avait fait la remarque ici que je ne voyais personne en dehors de ma famille et que ça n'était pas bon pour moi ; cette personne est totalement dans le juste. Tous mes amis de l'école sont en pleins examens, donc je ne peux pas leur quémander du temps, ça ne me semble pas correct. Je ne sais pas si j'oserais, en plus. Et dans ma ville natale, j'ai (...)

Effort herculéen

Ce matin, j'avais le moral au fond des chaussettes. Mais ! J'ai réussi à me changer les idées ! Je ne resplendis pas de bonheur non plus, faut pas exagérer, mais j'ai fait des progrès comparé à ce matin ; et ça a été dur donc j'en suis fière. Mes vertiges n'étaient pas partis, en fin de compte. Mais j'en pouvais plus de rester leur prisonnière, alors j'ai pris ma voiture et je suis allée à la piscine. Je sais et savais que c'était dangereux, et je crois que c'est surtout pour ça que je l'ai fait. Je voulais ressentir quelque chose... Au final, je n'ai pas eu de grosse (...)

Généralement angoissée

Hier, j'ai eu un souci avec ma grand-mère. Je suis allée lui rendre visite (ça faisait trois jours que j'essayais et je la ratais à chaque fois) et j'ai vu qu'elle faisait la gueule. Elle m'a alors reprochée de ne pas être allée la voir plus tôt, de ne pas avoir répondu à ses textos, pendant cette longue absence de... ... une semaine... Faut pas déconner quoi à la fin ! Une semaine ! Mais mais mais y'a des familles où les petits-enfants ne voient leurs grands-parents qu'une fois par an !!!! Et même pas de bon coeur ! Moi j'y vais toujours gentiment, toujours en l'écoutant (...)

Miasmes d'angoisse

Avec ma psychologue, on a encore une fois bien avancé. Elle a peut-être mis le doigts sur LE truc qui me paralyse totalement sur tous les plans de ma vie : j'ai en réalité peur de construire car peur de perdre par la suite, peur de voir tout m'être arraché. Ma philosophie de vie inconsciente, ce serait : "Pourquoi m'attacher à quelqu'un/quelque chose alors que ça me sera très sûrement enlevé ? Pourquoi bâtir si tout doit forcément me retomber sur la tête ?". Elle me l'a expliqué ainsi : j'ai perdu le modèle de l'amour (modèle parental) jeune avec le divorce (qui ne m'a (...)

Mais qui suis-je ? Pourquoi suis-je ?

J'ai l'impression d'être une tâche de brûlé sur la toile de bonheur de tous les gens que je côtoie, de près ou de loin... Allez, Aloha, relève la tête et fais comme si tu n'avais pas ce trou géant dans le coeur. Et enlève tous ces écrits pathétiques aux travers desquels tu essaies de garder une dignité qui n'existe pas vraiment. Je suis tellement... désolée d'exister. Désolée. J'ai fait le ménage dans mes écrits du mois de mai. Ça me donne l'illusion de croire que je maîtrise un minimum... je ne sais pas quoi, je ne sais plus. J'en ai tellement marre d'être comme ça (...)

Mouvement

J'ai couru hier encore. Moins que l'autre fois, mais je suis fière de moi. Même si je ne l'ai pas été sur le coup. Je me remets en mouvement ; c'est une résolution au jour le jour, car je ne suis pas une grande sportive alors je ne sais pas si au bout d'un moment je ne vais pas retomber dans l'inactivité et la léthargie. Pour l'instant, je tiens, et j'en suis contente. Je commence à en ressentir les bienfaits ; quand je vais mal c'est la chose à faire, en gros. Même si ce n'est évidemment pas aussi simple, c'est une sorte de béquille. J'ai couru ce matin aussi. Pas autant que (...)

Le droit à l'oubli

Ce matin aussi, je suis allée courir. Mais j'ai quasiment fait que du sur-place et pendant vraiment pas très longtemps. J'en pouvais plus, je crois que j'ai visé un brin trop haut. TOUS les p'tits vieux et les p'tites vieilles du stade m'ont doublée... DEUX FOIS ! Ça ne me fait ni chaud ni froid, en fait, ça me fait juste rire. Je le sentais que j'étais fatiguée, et je respecte mon corps maintenant : c'est pourquoi j'ai décidé d'annuler mon cours de guitare, même si je n'ai rien de prévu à la place. Je vais simplement rester à la maison et me reposer. J'ai besoin de me reposer. (...)

Espoir d'avant départ

Je suis prête pour mon départ ! Demain matin. Lever : 5h. Je vais être crevée, je traîne encore pas mal de fatigue depuis le début du mois. Maiiis c'est pour la bonne cause ; ce voyage devrait me changer les idées et bien comme il faut ! Je dois avouer que j'ai un peu peur. J'ai jamais pris l'avion toute seule, y'a toujours eu quelqu'un pour "me protéger"... Je me suis toujours sentie protégée, je me suis toujours arrangée pour me sentir ainsi. Mais là, il n'y aura que moi. Bon, pas tout à fait, puisqu'on m'emmène et qu'on m'accueille à l'arrivée, mais j'ai surtout peur (...)

Retour à ma vie

Je suis de retour de Bretagne ! Ce voyage a été ponctué d'épisodes positifs et négatifs, mais dans l'ensemble je dois dire qu'il m'a fait du bien. Pas autant que ce que j'espérais (moi j'suis une folle, j'vois tout en démesuré : je pensais que ça allait tellement me changer les idées que j'allais avoir un gros gros déclic et que ma vie allait se transformer du jour au lendemain en un claquement de doigts !), mais un peu quand même. J'ai appris à détrôner ma cousine du pied d'estale sur lequel je l'avais mise ! Elle m'a bluffée par moments... Son copain est une crème, (...)

Des plans qui tombent à l'eau

Rha ! Il pleut !!! Grâce à mon escapade à Brest, je vis bien ce dimanche ; ce n'est pas ça le problème. Le souci c'est que je comptais aller à la plage demain !!! Je suis dégoûtée, je vais pas pouvoir... J'étais censée aller courir aujourd'hui avec mon père, mais du coup... quoi que, c'est un fou lui, peut-être qu'il va quand même vouloir y aller ! Bon ben là, y'a vraiment tous mes plans qui tombent à l'eau ! Je sais pas ce que je vais bien pouvoir faire. Je crois que je vais me remettre à l'écriture. Que je vais reprendre les histoires que j'avais mis de côté par faute (...)

Essaye (encore) de forcer le destin

J'allais rédiger un nouvel article parlant de mon cours de guitare, et de tout le blabla quotidien, mais finalement je me suis dit : à quoi bon ? Je fais la grève. Je n'écrirai rien ici tant qu'il ne me sera pas arrivé quelque chose de bon. Une bonne nouvelle ! Un truc comme ça. J'en ai marre d'écrire que je suis triste, alors tant que rien ne m'aura donné un petit peu de joie, je n'écrirai plus. P.S : J'ai fait une poupée-malheur pour me défouler. C'est ça : Poupée de laine. Sauf que celles-là ne sont pas de moi (la mienne est rouge !). C'est une poupée à qui on confie (...)

Guérie !

Je suis guériiiiiie !!! Champagne paillettes confettis joie merveille. Hum. En tout cas, ma sophrologue m'a lavé le cerveau pour que je le pense. Elle m'a dit que le truc, c'était de ne pas croire que je ne le suis pas tout en ayant conscience que croire que je le suis ne fait pas tout. Gné. En gros, elle m'a re-tour-né le cerveau ! Je ne sais pas si c'est une nouvelle particulièrement bonne, mais j'avais envie d'écrire là-dessus. La séance d'aujourd'hui m'a laissée perplexe. Cette affirmation me fait à la fois culpabiliser et envie. Y'a une petite voix en moi qui me dit : Non (...)

Des petits plans

Un vieux pote de lycée m'a recontactée pour avoir de mes nouvelles aujourd'hui. Je suis toujours un peu gênée quand je lui parle. Me rappelle trop l'époque Paula (je me rends compte que j'ai effacé tous les écrits parlant d'elle... pour ceux qui me lisent et ne savent pas qui elle est : Paula est la fille avec qui je traînais tout le temps au lycée, mais elle me faisait (inconsciemment) atrocement souffrir ; elle me manipulait, elle me rabaissait sans cesse, elle m'humiliait... c'était un enfer permanent ; j'ai finalement réussi à couper les ponts il y a quelques mois). Mais il (...)

Une tonne de livres

Je suis vannée ! J'ai fait et ramené de chez mon père les deux cartons pleins de livres que je veux vendre au vide-grenier. J'étais censée les remonter ici (chez môman donc) mais quand mon cerveau a assimilé l'image des trois étages à monter sans ascenseur avec deux tonnes entre les mains, il m'a timidement dit : "NON mais t'es une grande malaaaaaaade toi !!". Du coup, nous en sommes arrivés à un compromis juste et logique. J'ai laissé les cartons dans la voiture. Pourquoi s'embêter, après tout ? Je n'aurai plus qu'à les transférer dans la voiture de la madre samedi, pour le (...)