Effeuille mes rêves

← Retour au journal

mars 2013

Me faire signe

Ooooooooh mais cette journée était abominable ! Et elle clôture une semaine qui l'était plus ou moins tout autant. Voici ce que j'ai écrit à midi quand je suis rentrée chez moi (il n'y avait plus Internet) : M'a trop gavée cette matinée. J'la sens pas Ivy. On oublie ce que j'ai écrit l'autre fois, on oublie ce qu'elle a fait, ça n'a pas d'importance ici. Tout le monde a droit à une seconde chance. Mais même : j'ai l'intuition que je vais avoir des soucis si je continue à traîner avec elle. Et ça me fait ch!er. J'vois pas pourquoi la vie s'entête à m'amener vers des (...)

S'pas

J'ai passé mon week-end sous Lexomil. La crise d'angoisse de vendredi m'a terrifiée. Et si je replongeais ? Et si tout était à recommencer ? Et si jamais je ne trouvais la paix ? J'en prenais le soir pour éviter d'avoir ces angoisses matinales brèves qui me prennent en ce moment, sans que je sache pourquoi. J'veux éliminer toute trace susceptible de me faire retomber d'ici vendredi, prochain cours difficile. Je me sens bête et minable d'être ainsi. Impuissante. Incapable de se relever une bonne fois pour toutes et de marcher la tête haute pour conquérir le monde avec la fougue (...)

Merci

J'viens de me rendre compte d'un phénomène "bizarre". Bizarre dans le bon sens. J'avais déjà parlé de la voix de dictateur qui de temps en temps se manifeste pour me pourrir et me mettre plus bas que terre. Je crois qu'elle est "partie". En fait, maintenant, il y a une autre voix dont je viens de capter la présence. Une voix gentille. Une voix qui m'encourage. Qui me dit de faire attention. D'y aller doucement. Elle a un peu chassé la voix du dictateur. Je sais pas comment elle a fait, mais elle y est arrivé. Je crois que cette voix elle est née de toutes celles qui se sont (...)

Des efforts vains, toujours pareil

Je me sens comme une merde. Je bosse comme une dingue, je n'ai que les études dans ma vie, et je ne suis même pas à la hauteur. Que ce soit au niveau des notes ou des connaissances. Je n'attends même plus d'aide, même plus rien. J'ai le cœur en mille morceau. Comme si on me l'avait brisé, sauf que là ça n'est pas un mec le coupable c'est mon incompétence maladive. Je suis dégoûtée d'être moi "Sois douce avec toi". "Avec de la persévérance tout arrive". "Plus que quelques mois à attendre". "Quand on veut on peut". Ce sont des CONNERIES tout ça. De grosses énormes (...)

Mais on s'en fout

Je suis nulle nulle nulle nulle nulle, ça sert à rien que je m'acharne. J'vais prendre mes cachets et aller lire dans mon lit pour oublier quelle grosse limace je suis. En espérant dormir et ne plus jamais me réveiller, ça fera un poids de moins pour le monde. J'en peux plus d'être comme ça. J'en peux plus. Je m’abhorre. Je suis un monstre, exécrable, et je finirai seule sous un pont à vomir toute cette haine de moi qui grignote chaque foutu gêne de mon ADN maudite. (...)

Est-ce possible ?

Bon ben. La tempête est passée. Je devrais m'en réjouir mais je sais que rien n'a changé de toute façon. Il y aura forcément une prochaine fois, alors comment me sentir tranquille ou en sécurité dans ces conditions ? Je suis blasée. Mais bon au moins j'ai la force d'affronter cette journée. Sûrement celle de demain aussi. Et peut-être avec un peu de chance celle de vendredi. Mais je ne pourrai pas rester toute ma vie comme ça. Je ne sais vraiment pas quoi faire pour me sortir de ce cercle infernal. Je ne souhaite pas ce monde de souffrances intérieures même à mon pire (...)

Trop tard ?

Nous y sommes. Nouvelle journée de 8h de TD... Mêmes conditions que la semaine dernière (peut-être même pire en fait, mais bon je ne suis plus à ça près on va dire). La question est : crise d'angoisse ou pas crise d'angoisse ? Le parti négatif dit : "Si ça n'est pas pour cette fois, ce sera pour la suivante ou celle d'après. Quoi qu'il en soit, tu ne seras jamais une élève normale, alors pourquoi lutter ?". Le parti positif dit : "Euuuuh... ben écoute-le, l'autre, un peu, des fois que. J'prends pas sa défense mais voilà on va faire quelques petits trucs superficiels et (...)

Un tout p'tit achat

J'ai aucune volonté livresque. Je viens à peine de recevoir mes sous pour le mois que je me suis jetée sur Amazon... en restant raisonnable, bien sûr, mais bon j'ai tenu deux jours quoi sans acheter un bouquin. Après m'être jurée une énième fois que je me calmerai ce mois-ci pour pas flirter avec le rouge comme en février. On ne se refait pas, il paraît. Remarque, ce mois-ci, c'est l'anniversaire à personne donc ça devrait aller. J'ai juste acheté un petit livre sur le lâcher-prise. Parce que je me rends bien compte que je n'arrive à rien toute seule. C'est dingue, je suis (...)

Mentalement

Grosses angoisses dès que je quitte mes cahiers. Pourtant je voulais me reposer aujourd'hui, mais je suis encore en train de bosser. Et pendant mes pauses, je culpabilisais et balisais à mort. Mais vraiment à mort, ça me tordait le ventre et tout. Je suis mentalement épuisée. J'ai mis mes études au centre de ma vie. Exactement au centre. Elles ont un impact sur chacune de mes décisions, chaque pensée que j'émets. Parfois ça me rend... pas triste, parce que je sais que je n'ai pas le choix si je veux réussir. Je n'ai pas le luxe d'avoir un QI grandiose ou des facilités (...)

Les gens et moi

Quand je me maquille (légèrement mais tout de même) le matin, j'ai l'impression de revêtir un masque. Je ne sais plus de qui ou de quoi je me cache. Je ne sais plus pourquoi je fais tout cela. De la fenêtre de mon studio, il y a un petit balcon. Toujours inondé, mais bon, un petit balcon quand même qui donne sur une rivière. Au-delà de la rivière il y a une maison. Le soir, ses occupants allument les lumières. J'ai vu ça hier. Ça m'a fait penser à ma famille. C'est con parce que je venais à peine de les quitter, mais une fois de plus je me suis vraiment demandée ce que je (...)

Petite nature

Y'a plein de trucs que je voudrais raconter mais ça ne me concerne pas directement, donc je ne me sens pas légitime à le faire. C'est frustrant ! ! Mais bref. Ce matin, j'ai décidé de sécher les deux premières heures. J'me sentais pas bien hier soir et l'idée m'a réconfortée. Là je vais mieux. J'ai simplement hâte d'être à ce soir, quand le cours difficile sera passé. On a un mini-exposé à faire devant tout le monde... j'ai horreur de ça. Il va pas durer longtemps mais ça me rend dingue d'y penser. C'est à cause de ça que je me sentais pas bien. J'ai la voix qui (...)

Inspiré

Cette impression quasi mystique d'être investie d'une mission. Je sais maintenant avec certitude que si ma tête carbure à plein régime, réfléchit autant, c'est qu'il y a une raison. Quelque chose doit en sortir. Je sais pas comment expliquer ça. Mon délire de chercher quelque chose en plus de la vie quotidienne, quelque chose qui toucherait les étoiles (ce n'est pas le mot exact mais je n'ai rien d'autre), qui planerait bien au-dessus de moi, qui serait au-delà de moi, au-delà des choses que je vois tous les jours et que je perçois de cette manière si blasée, ce soi-disant (...)

Si y'a bien un truc dont j'ai pas envie, c'est de mettre un titre à cet écrit !

Première matinée sans cours depuis... pffiouuuuuuuuu ! Je compte même plus ! Premier vendredi sans cours difficile. Ça faisait longtemps ça aussi. Du coup, j'en ai profité pour dormir un peu. Pour bouquiner. Pour regarder la fin de une rediff' relax (je m'étais dit "non allez faut bosser maintenant !" hier soir et au final... trop fatiguée, j'avais abandonné ; à blanc donc). Pour faire un peu de tri dans ma valise (le nombre de médocs qui étaient planqués dedans... j'me suis fait peur, sérieux !). Pour rouvrir un de mes carnets. Pour traîner. Me rendre (...)

Diamonds in the sky

L’auto-hypnose a changé ma vie, quand même. Aux yeux de mes proches, c'est l'expérience thérapeutique qui a été la plus inutile, mais ils se trompent. Aller consulter une hypnologue m'a appris à reconnaître les moments de transe, où je peux influencer mon inconscient, et maintenant je peux le faire seule. Alors effectivement je n'ai pas eu les résultats catégoriques et impressionnants que j'imaginais. Mais oui : aller voir une spécialiste a décidément été une des meilleures décisions de ma vie. Comme quoi, savoir quand se faire aider n'est pas une bêtise. J'ai des (...)

Plus fort que moi

En fait, c'est pas le retour des angoisses qui est le plus emmerdant. C'est le retour des idées noires. Pas celles de la catégorie "envie de suicide", non, celles de la catégorie "je suis nulle je ne mérite rien de bon en ce monde et même si j'essaie de changer au fond ça reste toujours la même chose". Et pas la peine de détailler à quel point elles sont tenaces. J'en ai marre de tout. Je redeviens obsédée par l'envie de tout changer. En même temps, ai-je à un moment cessé d'être obsédée ? Je n'ai aucun pouvoir, je ne peux rien faire par moi-même. Du moins, je ne suis (...)

110 ans

Je me suis amputée de beaucoup d'euros (bon pas des milliers, non plus, mais faut que je fasse gaffe maintenant) pour les Fleurs de Bach n°85 - anti-angoisse. J'avais déjà essayé auparavant mais sans succès véritable. Faut dire que c'était avant ma dépression. Et puis j'ai appris hier qu'il fallait en fait en prendre tous les jours pendant trois mois minimum. Moi je l'avais fait deux fois, j'avais dit "oh bah zut, ça marche paaaaaas" et j'avais cherché autre chose. De plus fort. Et Monsieur Lexomil est entré dans ma vie. Cette fois, je vais vraiment le faire comme il faut. (...)

Satisfaite

Vaea et Cathel sont génialissimes. Chacune à leur manière, elles m'ont grave aidée pour la journée de cours difficile d'hier. J'en suis encore toute émue. J'ai trouvé de vraies amies à la fac, finalement. Et j'en suis vraiment reconnaissante. Ça aura pris trois ans (sous-entendus "trois ans après l'enfer collège-lycée où c'était pas jojo non plus") et ça ne s'est pas fait comme je l'imaginais mais c'est arrivé. Vaea m'a à un moment dit quelque chose qui m'a beaucoup touchée. "Je t'admire, tu traverses des moments très durs (je m'étais confiée à elle sur plusieurs (...)

Wesh ça m'émeut grave

Je suis allée revoir Le Monde Fantastique d'Oz avec mon frère. La séance matinale, à tarif réduit. En 3D cette fois. J'ai adoré. Encore. J'en ai plein les yeux et ça m'a redonné du courage. J'en avais besoin, même si je ne m'en aperçois que maintenant. Et puis mon frère a été cool, ça m'a fait du bien aussi. Les angoisses sont permanentes désormais. Ça m'effraie. J'ai peur de replonger. J'en ai timidement parlé à Vaea l'autre jour. Notre conversation est allée assez loin. Je lui ai dit quelque chose que personne d'autre ne savait alors : que le véritable problème, (...)

Paris

Je pars à Paris pendant les vacances ! ! Trois - quatre jours avec Cathel ! J'ai hésité (comme d'habitude) parce que je me suis dit que j'allais être épuisée quand les vacs arriveraient... que j'allais avoir besoin de me reposer pour bosser au lieu de courir partout dans la Capitale mais je me suis rappelée que justement si y'a bien un moment où j'ai besoin de prendre l'air c'est maintenant et puis justement je reçois plein de signes à propos de Paris ces derniers temps et puis bosser je ne fais que ça, je mérite bien de partir un peu moi qui ne voyage jamais et taffe tout le (...)

Flop

Je sors de l'exam. Je suis dégoûtée. Deux mois que je taffe pour rien. Rattrapages. Et je suis même pas sûre de l'avoir au rattrapage... Il est trop dur cet exam. Y'a plein de questions qui sont pas dans le cours. Bon mais y'a pas que ça, j'avoue. J'ai trop joué avec le feu : j'étais épuisée en arrivant devant ma feuille, j'arrivais plus à réfléchir. Tout ce travail parti en fumée. Je suis grave déprimée du coup. Pas triste, parce que bon voilà faut relativiser, mais déprimée parce que je ne sais pas comment je vais me débrouiller pour valider ça. La deuxième partie (...)

Foutrement égoïste

Bon bah en fait, hier j'ai regardé Happy Feet 2. L'autre ne marchait pas (mon ordi refuse de lire certains dvd's, quand ça lui chante, il fait complètement sa loi le mec la machine et ça choque personne !). Et j'ouvre un nouvel écrit juste pour dire ça. Ça me paraissait important de le faire. Parce qu'il m'a réellement changé les idées. J'ai explosé d'un rire franc plusieurs fois, alors que j'étais vraiment pas en humeur. Et j'écris un article rien que pour ça. C'est nul, hein ? Non mais en fait c'est juste pour témoigner : pour dire que oui, DES FOIS, quand on a vraiment (...)

Existentielles

Je sais que je répète ça à chaque fois, et que jusqu'à maintenant mes craintes ne se sont pas réalisées, mais là je sais pas comment je vais faire ! J'arrive pas à bosser ce foutu examen ! Je retiens rien du tout ! C'est la deuxième partie de celui qui m'avait dégoûtée, il y a genre une semaine... J'ai eu la moyenne finalement ! ! Super surprise énomissime, suis TROP contente ! Sauf que du coup, j'ai bien la pression parce que si je loupe la deuxième partie... bah rattrapages, et je pense que ce sera plus dur en septembre (parce qu'il est possible que le prof ait gonflé (...)