Effeuille mes rêves

← Retour au journal

octobre 2014

Largage de mots

Effondrée. Je contribue à percer la couche d'ozone tellement ma connerie pue. J'vais résumer vite parce que ça n'est pas le propos : j'ai fini le cours de cette aprèm en avance, trop contente, j'ai attendu ma logeuse en bas de chez elle... mais elle était en congé ailleurs donc forcément. Elle n'est pas apparue. Je ne voulais pas l'appeler, en me disant que c'était pas cool de la déranger pour rien. Qu'elle allait arriver dans cinq minutes, encore cinq minutes, allez peut-être dix cette fois mais pas plus... J'ai attendu plus d'une heure. Et pendant cette heure, qui semble si (...)

Balade

Orrrrghfg. Je suis malade. Au début j'étais "contente" parce que je ne faisais que tousser. Mais là, j'ai un foutu rhume. Ça m'éneeeeeeerve ! Enfin bien sûr personne n'aime être malade, mais ça m'énerve de l'être et de devoir travailler quand même. Un rhume c'est pas la mort, certes, mais demain j'ai un stage et je suis au contact des gens. Vraiment proche, hein. Et j'imagine très bien pourquoi les gens pourraient ne pas être super heureux d'avoir une morveuse pour s'occuper d'eux. Je vais aller voir s'il n'y a pas des trucs à la pharmacie qui pourraient limiter les dégâts. (...)

Otis

Je me suis pris un de ces fou-rires en plein Auchan ! Seule hein, en plus ! Je faisais une petite course - seule donc, je vis seule donc j'ai pas de problème avec ça - et en traversant l'allée centrale pour aller payer je me suis retrouvée derrière un gars qui bouchait un peu le passage. Il n'était pas gros, mais il était bien grand et assez baraqué. Très viril et tout. Donc je ralentis, j'attends qu'il avance un peu... Et d'un coup, le mec se met à... je sais pas comment dire ça. Il s'est arrêté net, a tapoté trois fois la pointe de son pied gauche par terre avec un petit (...)

Apaisée

Je renais en ce moment. Je suis contente, et ce à longueur de journée. Je ris spontanément - pour rien, parfois. Souvent. Je souris avec joie, de la joie sincère. Je vais vraiment bien. Il y a des moments où je chute et je souffre vraiment... fort. Comme avant. Mais ça passe avec pas mal de fluidité, au final, et ça dure quoi ? Peut-être une soirée. Maximum. Quand je me perds à nouveau. Je ne dis pas que c'est un résultat parfait mais c'est convenable. Vraiment convenable. Je suis redevenue un terrain convenable sur lequel on peut construire. C'est ça le but. Parce que cette (...)

Ce qui arrive chaque année

Je suis toujours malade. Ça commence à partir doucement ; mais j'ai le rhume traînant - ça a toujours été comme ça. Je suis venue écrire sur un truc tellement IDIOT que je ne veux pas que ça se voit dans le petit extrait de texte, en page d'accueil JI (oui, j'en suis là, oui). D'ailleurs, c'est peut-être le moment de philosopher un peu sur ce phénomène. Profitons. Il y a beaucoup de choses que j'avais imaginé pour ma vie... et beaucoup d'entre elles se placent dans la catégorie des choses que je m'étais promis de ne jamais faire (voir ci-après). Quand je pense à celle que (...)

Inspire, et...

Gros besoin de changer de fond d'écran de journal encore une fois. Ça peut paraître inutile de le signaler, mais j'étais incapable de revenir écrire ici un jour sans cette condition ! Bizarre. Il se passe de drôles de trucs dans ma tête. Plein de trucs. Je réfléchis trop, probablement. Mais je ne peux pas m'en empêcher. J'ai besoin de solitude en ce moment. De beaucoup de solitudes*. Les gens de l'école sortent. Assez régulièrement. Moi non. Enfin, encore moins que d'habitude je veux dire. J'ai mes périodes comme ça, c'est plus fort que moi. Elles sont très intenses. Pas du (...)

Prudence

Je réalise que ça m'a aidée, d'être "Aloha", tout ce temps. Je ne sais pas pourquoi cette idée me vient, mais je sais que c'est vrai. Ça m'a aidée à me relever. Écrire ici c'est se montrer, se renouveler, sans subir de préjugés. Les préjugés, les moqueries, les méchancetés, peuvent vraiment ruiner quelqu'un. Les mots ont réellement un pouvoir. C'est con que ça se ne contrôle pas facilement. Et un autre truc que je voulais écrire... ça n'est pas vraiment intéressant mais bon : je suis allée saluer une copine, tout à l'heure, et elle m'a dit qu'elle me trouvait très (...)

Pause ou arrêt

Je ne suis pas si nulle que ça, finalement. J'ai fait une bonne action tout à l'heure. En rentrant chez moi, en voiture, je suis passée à côté d'un monsieur sur le trottoir qui boitait beaucoup. Il m'a fait signe. J'ai honte de le dire mais j'ai hésité (j'ai grandi dans la terreur des auto-stoppeurs serial killers, alors du coup malgré mon envie d'aider quand j'en vois un, en général je n'ose pas m'arrêter - c'est plus fort que moi j'ai trop la trouille). Mais au feu suivant, j'ai fait marche arrière. Il y avait tellement de reconnaissance dans son regard, ça m'a foutu un (...)