Effeuille mes rêves

← Retour au journal

décembre 2014

Et puis zut

Débarrassée de cette saleté d'examen, enfin ! Enfin je peux souffler ! Je m'accorde quelques jours de répit. Beaucoup d'autres (exams) vont arriver - et les problèmes avec mon école se rajoutent et se renouvellent tous les jours - alors prendre du temps pour ne rien faire est ce qu'on pourrait appeler un réflexe de survie. Je vais peut-être aller au cinéma tiens. J'essaie de préserver tous mes dimanches du stress des révisions, aussi. Ça les rend plus sympas que jamais. Le but bien sûr, c'est de conserver un certain équilibre. Un équilibre très précaire à cause des (...)

La leçon depuis le temps

Mes rêves me saoulent. Ils s'inspirent de mes toutes petites peurs du quotidien et les décuplent puissance mille. Alors qu'il n'y a pas lieu. Cette nuit par exemple j'ai rêvé que je me réveillais dans un camp de vacances lointain - où je n'avais pas envie d'être mais je m'y trouvais simplement pour faire plaisir à quelqu'un. J'avais conscience qu'on était dimanche et dans mon rêve il était quelque chose comme 10 ou 11 heures. J'aime pas me réveiller trop tard le dimanche : c'est la journée où je suis censée me reposer et faire ce que je veux (en général, et c'est presque (...)

Ma vie n'est pas un film

Je suis encore partie. En plein milieu du cours cette fois, j'ai même pas attendu la pause. Je sentais ma tête comprimée. Plus le temps passait, plus je sentais qu'il fallait que je parte. Je suis toujours incapable de dire pourquoi. Je sais que j'ai bien fait. Mais je ne sais pas pourquoi. La tension est si forte dans ma tête... Le pire, c'est de jouer la sécheuse, la fille de l'air, devant les gens qui me côtoient. Je ne peux pas leur expliquer, je n'y arrive pas. Et pourtant je suis désespérée que quelqu'un comprenne ce que je ressens. Je m'y suis faite, au fait que ça ne soit (...)

Stagne stagne stagne

J'ai recommencé... Je réalise que j'écris depuis un moment que je vais bien... Mais ce n'est peut-être pas vrai. Je l'écris parce que c'est ce que je suis censée écrire. Pour ne pas être ingrate d'avoir un corps (à défaut d'un mental) en bonne santé, d'avoir une famille, d'avoir tout ce qu'il faut. J'ai fait ce qu'il fallait pour aller mieux, donc je SUIS CENSÉE aller mieux. Mais ce n'est pas le cas. Je réalise qu'en janvier 2011 je me suis effondrée.... mais que ça ne s'est jamais arrêté là. J'enchaîne les brefs moments de joie/euphories et les rechutes depuis (...)

Titre informatif

J'ai une super grosse journée qui m'attend aujourd'hui. Avec à la clé de nouvelles infos sur les changements qui ont eu (oui les infos arrivent après tous les chamboulements...) ou vont avoir lieu. Je n'ai pas encore changé d'école, ça a été un peu reporté. Ne sais toujours pas à quand (pas sûre que les personnes qui gèrent tout ça le sachent non plus, d'ailleurs). Mais c'est ok. Les vacances arrivent dans un ou deux jours ! J'ai quelques projets en tête - simples, bien sûr, pas de gros voyages ni rien de ce genre : aller à Cultura avec mon frère ça frôle déjà la (...)

Ça

Suis dans un état de rage pas croyable. J'en peux plus de cette situation. J'en peux plus de ne rien pouvoir expliquer à personne ! J'ai besoin de PARLER à quelqu'un. Vraiment parler, je veux dire. D'avoir quelqu'un en chair et en os devant moi, quelqu'un qui pourrait me prendre dans ses bras pour que ça ailler mieux, et à qui je puisse tout tout tout balancer sans jamais me refréner comme je le fais actuellement. "Ça" continue à me ronger. Malgré tous mes efforts. Je n'en peux plus. J'en tremble. Dès que le cours a été fini, je suis sortie presque en courant. Ça me tue. (...)

Bilan pré-Noël

Je n'ose pas compter le nombre de médocs que je prends. Mon corps me fait peur. J'ai peur qu'il me lâche, d'un coup, qu'il claque comme un élastique trop tendu. J'ai vu le médecin. Il m'a prescrit une analyse de sang longue comme un anaconda. Mais c'est une bonne chose. J'imagine que comme ça si quelque chose cloche vraiment, je le saurai. En attendant un pronostic plus définitif, il m'a dit que soit c'est de l'angoisse profonde (mais bon vu le nombre et la lourdeur des symptômes...), soit, plus probable, ce sont les effets secondaires des médicaments. Qui commencent à être très (...)

Neuf, dix ou onze

Bon je suis un peu agitée quand même. Il faut avouer que cette histoire de médicaments me préoccupe pas mal : j'ai compté ; j'en prends 9 (voire 10 selon comment on compte) différents par JOUR. Et je ne compte pas en dose/cachets parce que ça ferait beaucoup plus. Quoi qu'il en soit, c'est énorme pour une nana de 23 ans. Les analyses n'ont rien révélé de particulier mis à part que je manque de fer. J'irai donc me procurer un complément alimentaire d'ici la fin de la semaine qui vient, et il me faudra prendre encore une gélule supplémentaire, en plus de tout le reste. Au moins, (...)