Effeuille mes rêves

← Retour au journal

mars 2015

Caquet

J'essaie de trouver une idée agréable à laquelle me raccrocher. Les exercices de la psy ne me soulagent quasiment pas. Alors j'essaie de me débrouiller seule, comme je l'ai toujours fait. Mais... Si j'en suis là où je suis c'est bien que ce n'est pas la bonne méthode. Rester seule. Mon père et mon frère ne peuvent pas comprendre. J'ai essayé de leur en parler - preuve que je suis au bout du rouleau - mais ça fait encore plus mal. Veux pas voir les amis, pour les mêmes raisons. Je sentais vendredi que ça n'allait pas passer tout seul, alors j'ai eu la lucidité de redemander un (...)

Into the city

Ça y est, ça y est, ça y est ! J'ai emménagé ! Plus aucune appréhension du côté de la ville. Je connais les trajets vitaux. Mais pas encore les bus pour rentrer dans "ma" ville. Mais bon ! Il va falloir que je trouve un surnom pour mon nouveau studio. J'y penserai demain, je vais prendre la journée pour me balader et repérer un peu mieux les lieux (m'enfin vu mes aptitudes en orientation je pense que ça va être un gros prétexte pour me jeter avec un sourire éperdument béat dans toutes les librairies que je trouverai). Les "stages" ont l'air bien partis. Les vrais stages vont (...)

Comme un vendredi treize malchanceux mais sept jours trop tôt

Oh là là c'tte journée pourrie. J'ai fait une boulette. J'ai fait un petit détour dans le passé... et il m'a marquée au truc machin tout chaud tout rouge qu'on sort du feu - un tisonnier, merci -, sur le front, de nouveau. Très vicieusement. J'ai payé le prix. J'ai perdu ma dignité. J'ai dit des mots d'amour à quelqu'un qui le mérite et face à qui je me suis tue trop longtemps. J'ai vu l'un de mes disciples démoniaques s'élever contre la tyrannie et triompher. J'ai vu la beauté intérieure de la-dite tyrannie. J'ai hurlé et la Terreur a hurlé en retour. Passons maintenant (...)

Ralenti

Je sais pas pourquoi mais en ce moment ma tête tourne au ralenti. Mes pensées, ma concentration... Je suis du genre à trouver une solution à chaque problème, quitte à fixer un moment sur son énoncé (c'est rien de le dire), mais là je n'arrive même pas à savoir ce qui est en cause. Mes cauchemars ? Le Tercian diabolique ? Il faut que je fasse une heure de bus cette aprèm pour aller voir la psychiatre. Heureusement qu'elle peut me recevoir toutes les semaines ! J'avais vraiment besoin de ça. Quitte à sacrifier du temps où j'aurais pu réviser. Heureusement qu'elle est adorable (...)

Un kiff par jour, dit-on

Je vais me faire un super kiff ! ! ! Le rendez-vous chez ma psychiatre est à 17h. Au lieu de prendre le dernier bus pour me faire arriver grosso modo avant cette horaire-là et glandouiller jenesaisoù, je vais prendre le prochain et m'installer tranquillement à la bibliothèque de ma ville jusqu'à ce qu'il soit l'heure ! J'adore cette bibliothèque ! J'ai envie d'être entourée de livres ! J'ai besoin de ça. Ça va me faire un bien fou. Et je ne réviserai rien du tout. Je vais juste profiter. Bon je me méfie un peu j'avoue parce que quand je me prévois un grand moment de plaisir (...)

Fatigue mentale

Grosse angoisse. Tout le temps. J'alterne entre peurs irrationnelles très intenses et angoisse profonde. C'est pas une vie. J'ai un cours difficile cette aprèm. Je vais y aller... Mais je ne sais pas si j'irai aux suivants... Le prof est du genre à humilier les élèves. Je ne peux juste pas. J'ai tellement peur que ça me porte préjudice. Ma psychiatre me soutient (elle m'a dit que la base du traitement de ma maladie/condition c'est la stabilité... mais qu'avec cette école de fous furieux c'est pas possible). C'est même pas la peine d'essayer de me convaincre d'y aller malgré tout (...)

De (long) fil en aiguille (pointue)

Je recherche timidement la vraie vie. Les jours passent et se succèdent, et le temps est l'éternel marionnettiste de toute cette mascarade. Je révise, le temps passe. Je stresse pour les exams ou les cours, le temps passe. Je regarde un épisode, je fais du sport, je lis un bon ou un moins bon bouquin, le temps passe. Le temps passe, le temps file, le temps se courbe et se déroule à sa guise. Et moi j'attends. J'attends la vraie vie. Il y a du potentiel, dans cette nouvelle configuration. Je suis dans une grande ville maintenant, donc disons que ça bouge un peu plus. Plus de (...)

Retour vers le passé

J'ai fait un rêve cette nuit ! Première nuit sans cauchemar depuis fiouuuu longtemps ! Mon frère et moi on remontait le temps. Il fallait qu'on trouve nos parents de l'époque, encore mariés, pour qu'ils nous remettent quelque chose qu'ils avaient cachés qui concernait un méchant qui nous poursuivait sans relâche. Quand j'ai fini par trouver mon père, je lui ai dit : "Bonjour, Papa, c'est Aloha. Sauf que j'ai 23 ans". J'étais bébé visiblement à l'époque où on était revenus, et mon père a ouvert de grands yeux et il me regardait avec admiration. Il m'a prise dans ses bras. (...)

À ceux et celles

À tous ceux et celles qui se sont un jour reconnus dans ce que j'écris, je conseille ce livre que ma psychologue m'a demandé de lire. Je vais lui demander une liste la prochaine fois que je la verrai. J'adore la psychologie, c'est - comme pour beaucoup de monde - une vraie passion. Et les passions chez moi c'est suffisamment nouveau et inattendu pour que je les assume enfin. Comme des petites fissures de lumière dans une pièce plongée et macérée dans l'obscurité. Mais bref, c'est vraiment un excellent livre écrit par un auteur très reconnu par la profession. Il ne peut que aider (...)

Quotidien

J'en peux plus de ces cauchemars. Toutes les nuits ; un vrai calvaire. Souvent les mêmes. C'est ça ma vie : la nuit des visions abominables qui ne cessent de me hanter, y compris les yeux ouverts. Et la journée une école aux rebondissements digne d'un quotidien dans un établissement qui siégerait dans Alice au Pays des Merveilles. Je l'aime bien, ma vie, cependant, faut pas croire. Y'a plein de choses dont je suis follement reconnaissante. Mais tous ces sacrifices journaliers bon sang... J'ai fait plus que ma part. Et j'espère qu'il va enfin enfin ENFIN y avoir un retour. P.S : (...)

"Time's not a friend"

Je suis une m.rde. Je ne réponds jamais aux questions/encouragements sur mon état de santé parce que personne ne sait à quel point il est moisi. Si je devais être honnête à chaque "ça va ?" tout le monde me fuirait. Alors j'essaie de relativiser, d'être optimiste, et on croit que je vais mieux. Mais depuis décembre tout fout le camp. Depuis que je suis allée aux urgences, je ne cesse de vouloir y retourner et de ne plus partir. D'être enfermée quelque part et de me laisser mourir. Mourir. J'ai même pas envie de mettre des mots sur cette douleur, mais je suis un Efferalgan (...)

Le point J. - OH NON ELLE LE MET EN TITRE MAINTENANT

Je vais ouvrir un écrit juste pour parler de ça, et oui ça m'énerve. Depuis que je suis ado je me suis toujours dit qu'on pouvait s'empêcher de ressentir des trucs pour des gens avec lesquels on se sait non compatibles - façon polie de dire : des blaireaux. J'avais au lycée une grosse attirance pour un blaireau, et il a fallu attendre de passer l'étape bac pour passer à autre chose. Et là, Jareth, cinq ans, cinq ANS bon sang ! Et ça part pas. Mais en même temps, des obsessions pathologiques se greffent à ma maladie depuis que celle-ci a commencé à me peser dessus, alors... Je (...)