Effeuille mes rêves

← Retour au journal

août 2015

Le secret pour être heureux (gratuit !)

J'ai mis de côté plein de choses à noter dans mon journal. Je n'arrête pas d'écrire, entre la version papier et celle-ci. Sans compter mes carnets. Mais tant mieux ! C'est ce que je voulais. Même si on dirait que mon goût pour les fictions s'est définitivement envolé... Dommage. J'ai vu la psychologue, hier. Et j'en ai profité pour lui poser toutes les questions avec lesquelles je me suis pris la tête - et celles de mon pauvre père et de mon pauvre frère aussi. J'y reviendrai ensuite. Déjà commençons par les évènements Port Aventura. Dont celui auquel j'ai fait allusion. (...)

Comme une enfant

Ugh. J'ai mangé des bonbons. Trop de bonbons. Pendant que je regardais un film. Et je suis malade maintenant. C'est juste génial. Je dis ça sans ironie. Je ne regrette rien ! Mais je réfléchis toujours autant. Comment me construire ? Comment est-ce qu'on devient une personne à part, avec des hobbies, des projets, etc ? Je me doute qu'avant de faire des rencontres intéressantes, il faut que je devienne moi-même une personne intéressante. Remplie. Qui vit pour et par elle-même. Alors qu'est-ce qui me définit ? Quelle marque ai-je laissé dans ce journal, malgré moi, sans (...)

Gloire aux créateurs

Ça y est, j'ai replongé dans la drogue. La drogue des journaux intimes. J'ai (re)découvert qu'il y a un forum autre que celui attribué à chaque journal. C'est-à-dire un gros-forum-global, où autrefois on pouvait parler de tout. Je dis "autrefois" parce que j'ai vu qu"il était à l'abandon. Ça m'a fendu le cœur. Quand j'ai débuté ici, j'étais tellement enthousiasmée par le concept de journal intime en ligne que je me suis focalisée sur le mien et ceux des autres. Et du coup je suis complètement passé à côté de l'aspect communautaire. Faut dire que même sur le net je (...)

Joie bonheur et paillettes scripturales

J'ai retrouvé la foi en mon métier ! Je suis trop contente. J'ai passé une journée d'immersion professionnelle géniale ! Elle compense largement mon stage d'hier qui était très angoissant. À cause des transports. Dans la VILLE. Mais la grosse grosse ville hein même pas celle dont je parlais il y a quelques mois où se situe ma nouvelle école. Qui est une ville moyenne. Là c'était la GROSSE ville. Je me suis perdue, j'ai pris des sens interdits, des contresens, mon bouffon de GPS a essayé de me faire tuer dans des coupes-gorges etc etc. Horrible. Je me demande d'ailleurs si on (...)

Toujours LA bonne idée (ma petite psychanalyse nocturne)

Ohhhh bon sang j'angoisse à mort. J'ai eu la bonne idée de regarder un film dont le thème principal est le mariage. Et je balise à mort maintenant. J'arrive plus à respirer. Purée, mais qu'est-ce qui ne tourne pas rond chez moi ?! Je le sais que ce n'est pas normal de ne pas vouloir se marier parce qu'on trouve ça trop angoissant. Et pire que tout de ne pas vouloir d'enfants quand on est une femme. Je VOIS chez les gens avec qui je travaille, que je côtoie, et tout et tout, pourquoi eux le désirent. Je le comprends et je trouve même ça chouette. Mais moi si je veux être honnête (...)

Liste de la honte

JOURNAL D'UNE IDIOTE : La liste des raisons pour lesquelles je flippe quand on évoque le mariage autour de moi : J'ai peur des hommes. Oui, voilà, je l'ai dit. J'ai même eu l'idée GÉNIALE de le dire à Jareth, tiens ! Et ben vous savez quoi ? J'ai peur de Jareth. Oui. C'est pour ça que je ne peux pas le regarder dans les yeux. L'idée de trouver un homme qui m'aimera, me respectera, me comprendra, me sera fidèle toute ma vie, je la trouve improbable. Juste impossible. Pourtant j'essaie d'y croire très fort , à cause de toutes ces conneries de loi d'attraction que j'ai lu, j'essaie, (...)

Achevez-moi

J'me sens nuuuuuuuuulle ce soir. Nullissime. Un sous-caca. Je ne sais même pas comment décrire ça. J'ai de gros influx cérébraux qui scandent "je suis nulle ! je suis nulle !" dans ma tête et qui prennent toute la place. Un sentiment de "jesuisnullité" qui envahit ma conscience. Je ne suis qu'une idée : je suis nulle. Pas de rationnel, pas d'arguments, pas de confrontation réaliste aux faits. Je suis nulle. C'est une sentence, un décret, un dogme. Juste petite anecdote """marrante""" (pour moi du moins) : aujourd'hui, j'étais avec une patiente et pendant que je regardais son (...)

Auto-persuasion

Je me suis ressaisie ! Bon, ok, j'ai des faiblesses. Et les dernières choses que j'ai écrites dans ce journal voire sur mon forum le laissent transparaître. Mais ça fait partie de moi, je ne peux pas tout contrôler. Je ne peux pas avoir/être que des aspects qui me plaisent - même et surtout en ce qui concerne mes défauts. Donc zen. Cool. Ok. On se reprend. Je vais très bien. La vie continue. Avec plus de fluidité. Demain, stage puis immersion professionnelle. Zen. Calme. Dignité. Ça va se passer. Après ça, j'aurai tout un week-end à moi. La vie ne va pas s'arrêter juste (...)

Le mythe qui s'effondre

Oh mon Dieu, j'ai envie de gerber. J'ai appris des trucs sur Jareth... Je peux pas détailler ici parce que ça donnerait trop d'indices sur la formation que je suis. Mais ce type est monstrueux. Surtout dans son attitude envers les filles. Ce n'est même plus de la misogynie à ce niveau. C'est... ahurissant. On est dans une autre catégorie de mépris et de sexisme. Un univers à part. Même au Moyen-Âge, y'avait des points sur lesquels ils étaient plus modernes que lui (et pourtant c'est l'une des périodes de l'Histoire que j'aime le moins). J'ai regardé sur Wikipédia et il y a (...)

Révélation télévisuelle

Je viens de voir le dernier épisode de Pretty Little Liars. Je crois qu'il est temps de faire le point sur ma vie. Je sais qui est A. Mais je me suis faite spoiler par les sous-titres en début d'épisode, ARGH !!! C'tte trahison. Du coup je ne peux pas savoir quelle est ma réaction. J'attends de savoir ça depuis 2012 - dooonc "seulement" depuis TROIS ans - et si j'avais zappé la partie "dans les épisodes précédents"... j'aurais SU. J'aurais été surprise. Ou pas. Mais là je ne saurais jamais ce que j'aurais pu ressentir, c'est de la torture ! Bon allez je ne vais pas râler ni (...)

Dimensions

(La flemme d'éditer mon dernier écrit. Alors j'en poste un autre). Je reviens rapidement sur mes stages : ce qui me stresse, en fait, c'est de ne pas me sentir prête quand j'y vais. Quand je travaille, jamais je ne suis sûre de moi. Mais c'est un vrai handicap, hein, les profs m'ont dit que c'était à un point catastrophique et je passe les détails. Je n'en parle pas souvent parce que - je pense que ça n'est pas un scoop, déjà - et puis je n'arrive pas à y changer quoi que ce soit. Je m'excuse tout le temps d'exister. S'il n'y avait pas autant de conséquences, je me (...)

Une femme honnête

Dans 6 jours : le mariage. Je stresse autant que si je m'attendais à ce qu'on me dise au dernier moment : "Ah mais viens là, toi, c'est toi qu'on marie en fait ; haha !". Haha. Amuse-toi à faire ça... Non mais vraiment je me sens super mal. Je vais essayer de me changer les idées et tout jusqu'à vendredi où je me renseignerai sur des trucs comme le trajet ou quoi... Mais bon, pfffff, je me sens obligée d'y aller. Et je déteste ce sentiment. Obligée de mettre une robe (heureusement j'en ai une qui date de l'an 0 mais qui est mettable, du moins j'espère parce qu'elle est rouge (...)

Parlons de Schrödinger

L'univers essaie de m'envoyer un message. Je m'initie aux films français en ce moment. L'envie de faire de belles découvertes cinématographiques du pays. Et celui que je viens de voir se finit sur quoi ? C'est sûrement moi qui deviens un tout petit peu obsédée. Oui, c'est même sûr. En même temps, ce journal est bourré de mes obsessions. De mes pétages de câbles. Mes manies. Mes complexes. Mes craintes. Mes tourments. On ne peut pas prétendre que je sois la plus rationnelle des filles. Dans tout ce que j'ai construit, ici, sur Internet, il y a des bouts de moi que je (...)

Trouver son cap

J'ai l'impression que je vais étouffer. C'est demain. C'est demain ! Je sais très bien que j'ai une perception totalement déformée de la réalité et que c'est une bonne chose en réalité ce qu'il va se passer demain. Mais c'est plus fort que moi : je panique. Ça me renvoie égoïstement à mes blocages, mes échecs répétés, et ce trou béant de manque de confiance en moi corrosive. Mais aussi à plein d'autres choses. Des choses extrinsèques. Des choses... bizarres, que je ne reconnais pas forcément. Je ne peux pas tout le temps mettre un nom dessus mais oh bon sang est-ce qu'il (...)