Effeuille mes rêves

← Retour au journal

mai 2016

Mille quatre cent quarante heures

J'ai une boule dans le ventre. Nous sommes 7 382 092 631 sur Terre. Donc, au même instant, 7 382 092 631 personnes peuvent avoir EXACTEMENT la même idée que moi. Que ce soit une idée originale pour se lancer dans la vie d'adulte, une idée acquise chèrement après des années de méditation, une idée pour écrire une histoire ou créer quoi que ce soit de nouveau. 7 382 092 631 d'humains qui génèrent 60000 pensées par jour (et donc 0,7 par seconde ?)*. Ça fait beaucoup. Non : ça fait BEAUCOUP. Le matériel est, par définition, limité. J'veux dire qu'on pourra faire tout ce (...)

Et ça essaie de positiver

Humiliée. Rabaissée. Chacun de mes gestes critiqué et chaque faute sursoulignée, gravée dans le marbre. Je retiens ma respiration tous les jours, à longueur de temps, pour ne pas bouger et faire ce qu'ils veulent. Et au moment où j'inspire très brièvement, uniquement pour survivre, je me fais fusiller. J'en peux plus. J'en peux plus. Ils sont en train de nous tuer. Quand on essaie d'arranger les choses avec de la bonne volonté, on se fait gifler. Encore et encore et encore. Alors forcément, c'est humain, on arrête. Ça brûle et on ne comprend pas. Il y a autre chose (...)

Au fil des ans

Si j'avais pu m'envoyer une leçon dans le passé, ç'aurait été celle-là : Tes pensées ne façonnent pas le monde. Elles te façonnent toi. Ton monde intérieur. C'est cela qui t'a longtemps échappé : tu créées ton monde intérieur (et non le monde de la réalité), ce qui te créé TOI. Tu es seulement responsable de ce que tu deviens et de ce que envoies comme impact sur le monde réel. Tu ne décides ni du-dit monde réel ou des évènements qu'il t'envoie. Cette société dont tout le monde parle avec mépris... C'est quelque chose qui nous dépasse tous. Oui, elle a été (...)

Ma nigauderie

Quand je vois toutes ces personnes fabuleuses marcher sur les tapis rouge, mitraillées de flashs, parées d'un sourire angélique, et adulée par des millions de citoyens du vingt-et-unième siècle. Quand je vois les médias encenser les vertus de la beauté, de l'abondance, des différentes qualités recherchées au quotidien. Quand je vois ces figures parfaites adulées pour tous les aspects de leur personnalité ; par des jeunes et des gens moins jeunes. Quand je vois nos modèles à tous. Je me dis qu'on ne regarde pas là où il faut. C'est bien joli d'être admiré dans une (...)

La formule articule

Une nouvelle notion que je désire formuler. Ma tête se fait lourde alors que je lutte pour trouver les mots. Il y a des jours où j'ai l'impression de me réveiller tout juste. Tiens ! Je suis sur telle planète ?! Alors que j'ai vécu jusqu'à présent sur une autre ; similaire mais différente ? Bon. Bah j'imagine que ça doit marcher à peu près pareil aussi. Eh ben non. Sur la planète analogue d'où je viens... On n'a pas besoin d'être structuré, par exemple. Quand on a une idée en tête, elle se transmet à l'autre (sans que ça soit de la télépathie décousue qui ferait lire (...)

"DES FRAISES ?! En cette saison ?!"

Immersion professionnelle. Je me prépare depuis DES SEMAINES pour faire du travail correct, et qu'est-ce que je récolte ? Des tartines ! Ohé ohé ; j'entends quoi ? Des tartiiiiiines ! Une nulle. L'école ne m'a rien reproché et n'a rien à se reprocher. C'est moi, toujours moi. Moi qui suis mauvaise, moi qui perds mes moyens même dans les situations les plus banales. Moi qui travaille H24, qui en suis à planifier mon temps de petit déjeuner et la dépense de mon énergie dans la journée, pour bien travailler. Je foire. Toujours et inéluctablement. Et puis mon attitude sociale, (...)

Priorité

Je ne sais pas si les études m'ont remodelée ou m'ont aidée à exprimer quelque chose que je refoulais. Probablement les deux. Cette tendance nouvelle à faire des planigrammes. Par exemple. Ils sont plus ou moins pointus, mais la pratique, elle, va loin. J'en fais pour tout et n'importe quoi : Organigramme de réactions quand quelqu'un m'aborde dans la rue, Planning des états d'esprit sur lesquels je dois me concentrer pour venir à bout de ces 51* jours , Organigramme de ma méthode pour choisir plus rapidement un livre à lire quand j'en termine un, Listes de ce dont je veux (...)

Hue !

Le corps et l'esprit sont indéniablement liés. Mais le premier est un contremaître à la main bien lourde. On le subit, me semble-t-il, avant d'en jouir. Cette incertitude d'être humain ! Quel délire ! L'incertitude d'évoluer dans ce monde réel ; avec une conscience plus ou moins développée selon comment la nature (et ses évènements aléatoires) auront décider de nous façonner... Wow. Que tu lances le dé à 13h06min24sec ou 13h06min25sec : toute ta vie peut s'en trouver transformée. Alors que tu utilises la même main, le même état d'esprit, les mêmes souffle et battement (...)

Warning stupide

C'est sûrement une réflexion profondément stupide. Mais. J'vais arrêter de dire bonjour au gardien de sécurité de la Fnac, je crois ! Je suis partie du principe que ça doit pas être marrant de toute la journée voir des gens qui vous passent à côté sans vous regarder ou vous dire bonjour. Donc c'est ce que je fais - le minimum quoi - avec un sourire plus ou moins grand selon comment j'arrive à contenir ma joie d'être dans ce magasin. Sauf qu'à chaque fois je me fais arrêter. Une fois, il fait son boulot, c'est normal. Deux fois... Bon. J'ai peut-être un comportement (...)

Aliénation

Une fois de plus, je suis rentrée en courant. Encore un coup foireux. C'est dingue. C'est juste DINGUE. Ce qu'ils font est irrémédiablement débile. C'est incroyable. Me dire qu'ils ne le font pas exprès nuit au bon sens de toute l'humanité. C'est le cas pourtant. Ils sont forts, en fait, dans un sens. C'est comme si tu brûlais quelqu'un en cachette, quand personne ne vous voit. Au bout d'un moment, la victime a peur du feu et même de la flamme d'une bougie. Pas besoin d'être Freud pour comprendre l'expérience psychologique, là... Quand les autres la voient sursauter en passant (...)

Écrit dans le bus

Comme toujours quand une journée commence mal, la suite empire. Je ne viens pas exprès écrire ça pour me poser en victime. C'est là encore un message direct à la future moi. Celle qui relira ces écrits dans quelques années ; de cela je suis profondément persuadée, même si je n'en connais pas la raison. Aloha. Tu as probablement changé de pseudo, d'ailleurs, depuis un bon moment même. Tu ne sais peut-être même plus pourquoi tu as choisi ce nom : Aloha Somnium. Ha. MOI OUI ! Bref, on verra ça plus tard. Sache déjà que tous ces jours de moi que tu lis, plusieurs entrées (...)

Boussole : 086° E

Où sont les petits mentors verts et poilus quand on a besoin d'eux ?! J'ai notifié un souci. Où envoie-t-on le rapport d'erreur ? Je n'y connais tellement rien en informatique que je ne suis même pas sûre qu'on dise comme ça. Le monde va avancer très très vite, et je vais être à la ramasse. C'est path... Oh. Structurée. T'es venue ici pour écrire quelque chose de précis, ma fille. Il y a une énorme anomalie dans le processus de la vie. Pas de mode d'emploi : je l'amène donc chez le réparateur. Euh... Oui, sauf que ça n'existe pas. Le réparateur de la vie. Il ne reste (...)

Design

Il y aura toujours une façon de me désigner. La jeune fille. La [métier]. L'enfant de. L'amie à. L'élève de. La fille qui a été. La collègue de. La fille qui a fait. L'ancienne connaissance de. La bizarre. La mouton. Des tonnes et des tonnes de qualificatifs. Qui jamais ne dépeignent qui je suis réellement. Comment exprimer cette vérité : je ne sais être personne, bon sang ! Pourquoi ai-je autant de mal ? Mes mots sont parfois très abstraits. Mais derrière cet écran, souviens-toi qu'il y a une vraie femme. Quelqu'un qui vit qui pense qui se bat qui se déchire et qui (...)

Tam tam

L'exam' Trampoline (non mais vraiment à quel moment j'ai pensé que ce nom était une bonne idée... ?) arrive. En galopant. Je panique. C'est scandaleux. Je l'entends mettre son clignotant et le rythme de mes battements cardiaques se désintègre. J'étais parfaitement préparée ces derniers jours. Dans un état d'esprit optimal. Tout était absolument clair dans ma tête. Pas d'angoisse, pas de poids sur la poitrine ni le ventre. Juste de la rage de vaincre. Et ce matin, après avoir simplement ouvert un petit cahier pour réviser, tout est parti. Non, non, non. Je ne peux pas (...)

Ziou

J'ai peuuuuuuuuuuuur ! ! ! (...)

Prendre le pli

J'ai trouvé un article incroyable ! Un SITE incroyable, en réalité. Je n'ai lu que quelques articles, mais je me reconnais tellement... Ça fait un bien fou : n'importe qui peut concevoir cela je pense. C'est un sentiment universel. Alors je veux le déposer dans mon journal. Au milieu de tous ces changements que j'ai déjà commencé à entretenir dans ma vie. Même si tout est en anglais. Traduire la moindre phrase me demande un temps absurde, mais cela vaut le coup. Le premier article notamment parle de la façon de trouver un partenaire qui nous correspond. "Mais le bonheur humain (...)

Éludie

Je croyais que le Trampoline passé ma colère s'étiolerait elle aussi. En fait : non. Elle a ressurgi en discutant ce matin. Avec les personnes que je côtoie tous les jours à l'école. Celles avec qui (j'ai calculé !) je passe plus de temps qu'avec tous les membres de ma famille PLUS les moments où je suis seule avec moi-même. Mes moments préférés ; nous en reparlerons dans cet écrit plus tard. Ils étaient tous libérés d'un poids, ça se voyait. Et ça se comprend très bien ! Ils riaient et disaient à quel point ils se sentaient soulagés d'en avoir terminé avec l'examen. (...)

Dogmes bancals

L'astuce, c'est que la société a été - du début à la fin - constituée par l'Homme. C'est son rôle. Sa raison d'être. Logique. Un nombre infini d'idées a été généré. Infini car il y en a eu, il y en a à chaque instant, et il y en aura encore. C'est cette image, l'infini, techniquement : une ligne qui s'étend au loin dans le brouillard et qui ne se connaît pas de fin. Quel que soit ce qui l'attend là-bas. De la première à la dernière qui tisse les fils de notre histoire commune, nous n'avons qu'une réalité. Ce Trampoline que j'ai eu dans cette configuration-là des (...)