Effeuille mes rêves

← Retour au journal

septembre 2016

Première épreuve : prouve que t'es adulte

J'ai survécu à l'épreuve des papiers ! Ça fait très science-fiction dit comme ça. "L'Épreuve des Papiers". Comme si on était attaqué par deux cent mille grues en origami, en un temps limité où il faudrait créer la deux cent mille unième soldate à partir d'un carton mou (et la solution consisterait à le mâcher pour le rendre plus facile à plier tout en courant tout du long de l'épreuve dans le sens anti-horaire de la Grande Pièce Circulaire Où Le Soleil Ne Brille Pas Mais Pense Fort À Toi pour ne pas se faire couper). Je n'ai fait que ce que font tous les adultes (...)

Renommer Tortuga

J'avais désigné la ville de mes parents, celle où je suis aujourd'hui et essaie de m'installer, sous le nom de Tortuga. Inconsciemment ville de pirate grâce à l'un de mes films préférés. Et je n'en regarde plus du tout des films (ou séries) donc ça va être difficile de se renouveler. Les tortues, c'est un symbole sympa. Etc, etc. Mais ça ne va pas. Plus. Enfin peut-être que si ; à moins que ça n'ait jamais été. Bref. J'ai eu envie de changer. Ça va beaucoup mieux dans ma tête, mais quand je sens monter une idée fixe je sais que je peux encore passer un sale quart-d'heure. (...)

Nouveau changement de pseudo

J'ai les nerfs en pelote. Quatre heures d'avion low-cost en deux jours, ça signifie au minimum six heures plongée collée-serrée avec mon improbable phobie. Tout le monde en porte. Eurk, j'ai la nausée ! Et la famille... Ils sont géniaux, évidemment, mais j'en ai parlé à ma psychiatre pour essayer de savoir si VRAIMENT tout le malaise venait de moi ou si quelque chose d'autre clochait éventuellement. Elle m'a répondu qu'ils avaient, dans les faits, tendance à dépasser mes limites personnelles, tous, et ce même quand je les fixe clairement et prévient que ça m'est nécessaire. (...)

Déglutir aïe ça pique

Ce dégoût dans ma gorge que j'essaie de ravaler. Avec un grand sourire de façade. Grand, étalé, mais mort. J'ai raconté des conneries. Pas fait exprès donc pour le coup ça a du mal à passer ; je croyais vraiment que ma famille était différente. Qu'avec la communication et de la bienveillance on prenait soin des autres. Qu'au moins si on ne comprend pas, on ne juge pas et laisse la personne qui demande du temps pour gérer sa douleur, ses démons internes, faire ce qu'elle sait devoir faire (ou plus souvent ne PAS faire). Mais non. Ça, c'était comment je VOULAIS que les choses (...)

Dégourde

Mes yeux saignent. J'ai passé la journée à essayer de comprendre l'administration. Comment est-ce que le tout marche avec cohérence - parce que c'est l'État, tous les trucs officiels, légaux, donc c'est forcément logique. Quel est le fil conducteur de cette réflexion humaine étalée sur plusieurs siècles, dont on a pu voir les triomphes et les erreurs. Quelles sont les connexions entre cette profusion de lois... ? En vain. Je ne comprends pas. Bon, j'ai 25 ans et je ne connais rien de la vie ET ENCORE MOINS de la façon dont marche un pays. Ça, je le sais, c'est imprimé bien (...)