Effeuille mes rêves

22h, j'vais pas chercher un titre tout de suite !

J’ai parlé avec Charlize pendant presque quatre heures, hier !

Cette fois, je peux même plus diminuer la vérité : ça m’a fait du bien. De savoir que j’avais vraiment une amie, dans la vie réelle, au courant de tout (enfin plein de trucs qu’elle savait pas mais je lui ai dit, du coup ; y’a des choses auxquelles elle s’attendait vraiment pas visiblement). De reconnaître une amie, plutôt. J’avais comme des œillères pendant tout ce temps, j’étais même pas capable de voir que y’avait des gens qui étaient là.
On a parlé de beaucoup de choses, je lui ai même dit des trucs… qu’absolument personne sur Terre ne savait avant.

Et puis bon, on a pas parlé que de moi heureusement !

J’ai vu Moana vite fait au stage aujourd’hui. Et j’ai appris que Paula perdait quelqu’un qui lui était cher, alors en rentrant j’ai fait un détour pour passer la voir, par surprise. Ça lui a fait plaisir donc c’était cool !
En fait, Paula, c’est aussi une amie. Ça fait un moment que je me suis aperçue que je lui avais naturellement pardonné. J’oublierai jamais, mais je lui ai pardonné. J’espère qu’un jour je ferai de même avec Sonny. Elle ne m’a pas fait de mal intentionnellement, donc je n’ai aucun doute là-dessus.

Rha et Cathel elle a des p’tits soucis avec ses parents aussi… Ils sont vachement relous, pourtant je suis pas du genre à critiquer les parents des autres, mais là vraiment... !

Mais bon, j’ai dit à tout le monde que je m’occuperai de tout le monde en rentrant ! Et franchement, c’est avec plaisir. C’est comme si après tout ce temps passé toute seule, je retrouvais des gens connus avant et que je réapprenais à les connaître. Des gens que j’aurais côtoyé vite fait - des gens qu’on rencontre au collège et au lycée sans les revoir ensuite - et que maintenant je m’apercevais qu’ils étaient des gens avec qui je pouvais devenir pote amie.

Je suis toute euphorique parce que mon stage s’est "bien" passé. J’ai encore plein de doutes sur mon futur métier parce que c’est pas encore fluide dans ma tête. Je suis pas passionnée de fou non plus. Mais j’ai la folie des grandeurs aussi, dans ma façon de concevoir la vie et les sentiments… alors je ne sais plus.

J’espère vraiment que je ne me plante pas. J’ai peur de ne pas arriver à être un jour aussi bien que mes profs, ou ne serait-ce que les années supérieures… Super peur de ça.

Ma devise, c’est genre : "Sois en avance sur tout le monde, ou ne sois rien". C’est vrai, en réfléchissant, je me suis toujours dit ça. Quand j’étais toute petite, en primaire, je bossais énormément. Par plaisir. Ça se faisait tout seul. Ensuite, ça a plus vraiment été la même chose (j’ai pas fait la moindre opération de maths depuis quelque chose comme cinq ans, et je leur ai toujours pas pardonné toutes les tortures qu’ils m’ont fait subir, grrrr !).
Et bon, aujourd’hui, la devise n’est plus franchement applicable… mais moi comme une idiote je me mets toujours la pression…

Bref ! Je suis soulagée d’un poids. Et puis j’ai oublié de le dire mais : j’y-suis-arrivée ! Zééééééro rattrapages !  !  ! L’année dite la plus dure ! Je suis fière !

Je mise de grands espoirs pour cette année. Je suis tentée de dire "pourvu que ça me porte pas la poisse de le dire", mais je sais maintenant que ça n’a rien à voir. Si je dois encore en baver, j’en baverai. C’est dur - je ne l’accepte pas encore totalement - mais c’est ainsi.

J’espère cependant vraiment que "ça" va se calmer dans l’ensemble… Que je vais pouvoir souffler.

P.S : Bon, visiblement, mon sort il était tout pourri ! Il n’a pas dû marcher. Mais bon, en même temps je l’ai cherché. J’essaierai un truc que je peux vérifier moi-même la prochaine fois (mouhahaha ?).