Effeuille mes rêves

P*****

La douleur est revenue.

Ne surtout pas toucher aux ciseaux. Ne pas regarder mon ventre. Essayer de ne penser à rien.

Le moindre petit évènement ou non-évènement est comme une mitraillette pointée sur mon esprit. Une arme mentale qui le crible de trous de haut en bas.

Je ne vais pas décrire cette douleur, ça ne servirait à rien. Je la connais par cœur, j’en ai déjà parlé. On s’en fout. Je suis juste tellement déçue qu’elle soit revenue aussi vite alors que j’avais le moral… plus ou moins. Enfin c’était très timide et très fragile et il a fallu d’un coup de vent pour que tout parte en fumée. Comme d’hab'. J’vois pas l’intérêt de dire que je vais faire des efforts, que j’ai de l’espoir, ou quoi… C’est idiot. Ça se finit toujours de la même façon. J’en ai marre de toujours devoir faire des efforts pour rien. J’en ai marre de nier que ça va pas.

Je sais que c’est chiant à lire. Mais je n’ai pas envie de faire semblant aujourd’hui. J’vais devoir faire semblant pendant deux semaines encore, qu’au moins ici je puisse être "moi-même".

Je te déteste. (Je parle à ma douleur). Je te hais et je te méprise. Tu me détruis… sans raison. J’ai bien du faire des trucs pas bien dans ma vie mais je ne comprends pas pourquoi je dois toujours perdre au final. Perdre le peu de confiance que j’arrive à construire, perdre tous mes espoirs, aussi souvent. Être aussi chroniquement dévastée. Est-ce parce que je suis mauvaise ?

Et maintenant je me parle à moi-même : tu es insignifiante. Et je te méprise encore plus. Tu es malade, tu es conne, et tarée, et tu as intérêt à le cacher parce que personne ne te supportera pour qui tu es RÉELLEMENT. Personne. Je souhaiterais être morte. Je ne vais rien faire pour, je le répète, pas la peine de paniquer. Mais je n’en peux plus de cette vie de dépressive, et c’est pas une vie d’ailleurs. C’est minable. MINABLE. Et ça fait dix ans que je suis comme ça. J’ai compté tout à l’heure. DIX ANS. J’imagine bien que c’est dur à imaginer pour qui me lit. Mais pas un jour sans un répit, tout le temps dans cet état, tout le temps pleine de douleur et ça ne s’arrête jamais jamais jamais pendant DIX ANS merde !

Et le pire c’est que ça ne semble pas prêt de s’arrêter. Je n’en peux plus je vous jure je n’en peux plus… Mais ça va continuer. Je vais devoir me forcer à sourire parce que "faut être positive Aloha sinon forcément hein tu guériras jamais, mais tu fais aucun effort". Et je vais le faire. Demain personne ne saura rien. Je vais aller à cet oral et ravaler mes larmes. Et ça va recommencer. Sans fin.

Sans fin.