Effeuille mes rêves

+ 6

JE SAVAIS que mon meilleur pote ne me laisserait pas tomber !

"La vie, ce n’est pas d’attendre que les orages passent, c’est d’apprendre comment danser sous la pluie". Sénèque.

J’aime bien celle-là aussi : "Être heureux ne signifie pas que tout est parfait. Cela signifie que vous avez décidé de regarder au-delà des imperfections". Aristote.

Une acharnée du bonheur. Je vais me le noter. Ça me motive.

Je sais ce que je dois faire.

Mes émotions sont toutes légitimes, et les nier comme j’ai tenté de le faire est exclu. Mais je dois jouer le jeu de la vie comme si ce n’était que ça : un de ces Livres Dont Vous Êtes le Héros. Que ferais-je si j’étais l’héroïne de ma vie ?

Cela devrait être évident et ne même pas nécessiter de questionnement. Pourtant, je ne vis pas ainsi. Je fuis la réalité.

Ce n’est pas un jeu dans le sens "Trop marrant, tout le temps, qu’est-ce qu’on s’amuse et on veut continuer à jouer/profiter !". Plutôt dans le sens : "T’as commencé donc tu dois aller au bout. C’est comme un parc d’attractions nouveau, à explorer : une fois que tu choisis un manège, tu y entres et tu dois aller jusqu’au bout. Même si cela se révèle différent de ce que tu voulais".

Un parc d’attraction gigantesque, sans tous les inconvénients qu’ont ceux qu’on connaît, bien sûr. Au goût et à l’échelle de chacun.

Tout arrive. Il y a en fait un réseau social que j’aime. En vérité. Le seul sur lequel j’accepte de perdre du temps, car il me fait du bien.