Effeuille mes rêves

Adoubement imminent

Je me demande si la sérénité est quelque chose qui vient avec l’âge seulement ou si c’est… je ne sais pas, un don accordé à certains ?

Y’a des étudiants qui vivent bien, non ? Alors ça doit être un don.

Je repense à ce que mon Papy me répète tout le temps sur sa façon de voir la vie. Le pire, c’est que non seulement je l’écoute mais je suis teeeeeellement d’accord !
Quand il me parle je me dis : "Bah, oui, c’est logique, c’est comme ça que je suis… ah ben non, c’est vrai… c’est comme ça que je veux être".

J’aurais peut-être dû créer un code spécifique pour mes études. Pour préserver mon anonymat et laisser un mystère sur leur "véritable identité" mais pour en même temps faire comprendre que je ne suis pas réellement à la fac, mais dans un établissement spécialisé. Et que y’a des trucs… chauds à faire. Chauds à vivre. Surtout pour certaines personnes, les personnes comme moi.

Un peu comme si on vous mettait tout nu devant une foule. (Bon rassurez-vous on en est pas là, on nous traite bien hein !).

Mouais : peut-être plus tard donc pour ce code.

Quoi qu’il en soit, bientôt, je passe une épreuve qui va déterminer si oui ou non je peux pratiquer mon métier. Il reste encore des années d’étude après ça, mais je serai en alternance si vous voulez.
Et si j’échoue, je redouble. Et vraiment, vraiment, vraiment, j’ai donné une fois et j’ai eu du mal à accepter mais je l’ai fait. Je me suis adaptée. J’ai même réalisé que c’était mieux ainsi. J’ai donc par définition fait preuve de sagesse, et toc et voui Monsieur-Madame bien sûr que je peux le faire !
Deux redoublements par contre… Je suis actuellement pas super bien en cours, mais si je me retrouvais dans une autre promo ce serait mille fois pire.

Ouh là, je veux même pas y penser !

Je suis vraiment pas tranquille d’esprit. Cathel m’a méchamment stressée, pour commencer. À cause d’embrouilles parmi nos amis. Cathel est une amie (et je n’emploie pas ce mot à la légère) et effectivement j’ai de la chance de l’avoir - moi qui ne faisais confiance à personne. Mais. Elle a des jugements beaucoup trop catégoriques et… fermés. Noirs, en fait. Sa vision du monde me fait parfois flipper. Déjà, je me dis que ça doit être super dur pour elle. Mais bon, je n’y peux rien (elle ne m’écoute pas). Et elle se rend pas compte mais c’est MÉGA perturbant pour moi ! Des fois elle se prend grave la tête pour rien (oui je sais, moi aussi, mais d’une façon différente) et quand j’essaie de temporiser bah elle part dans des délires parfois paranoïaques… et moi ça me contamine. Systématiquement.
Pour ça que j’évite tout le monde en général quand vient le temps des examens finaux. Mais bon, vu que j’en ai toute l’année, ceux qui sont pendant l’année et ben fatalement je peux pas tout filtrer non plus.

D’habitude, je m’adaaaaaaaaapte (parce que OUI je râle beaucoup mais j’encaisse pas mal aussi ; j’ai la sagesse du vieux Rafiki au fond !) mais là l’enjeu est beaucoup trop important pour que je puisse simplement gérer comme de coutume.

Et puis j’ai tiré les cartes aussi, et le résultat était catastrophique. À tel point que j’ai commencé à faire une crise d’angoisse sur le coup.

Je sais que les cartes nia nia nia c’est des bêtises et tout mais… mais je vais parler franchement : je n’arrive pas à m’en passer.

Du fin fond du trou dépressif dans lequel je suis, je me bats comme je peux et les cartes sont l’une de mes armes. Elles doivent m’éclairer et me rassurer, principalement.

Sauf que là, j’étais au fond et elle m’ont encore enfoncée. Donc j’ai été très confuse sur le coup mais finalement peut-être que ça ne sera pas si mauvais. En réfléchissant un peu, je me suis dit que les choses pouvaient - en considérant ce tirage - se passer bien quand même.

Mais allez dire ça à l’angoisse, elle n’est pas partie.

Focalisons les choses : c’est l’angoisse de rater mon Épreuve Ultime. Je vais appeler ça mon Adoubement. Mon adoubement pour entrer dans le métier. Jusqu’à maintenant j’avais réussi à canaliser la peur d’échouer (la preuve : je n’en ai jamais parlé jusqu’à maintenant) mais aujourd’hui elle a déchiré les barrières et je suis partie pour devoir vivre avec jusqu’à la fin (c’est-à-dire dans trois semaines à peu près).

Aaaaaaaah que ces vacances vont me manquer.

Ce qu’il me faut, c’est un état d’esprit plus léger. MAIS SURTOUT PAS de positiver à tout va !  !  ! Mon journal est une ode à l’inutilité de cette méthode.
J’vais être la dépressive la plus enjouée de la planète ! MAIS NE SURTOUT PAS niaiser le truc. Parce que toutes les autres fois, je me suis pris une grande claque derrière.

C’est Papy qui a raison. Faut accepter les évènements comme ils viennent, ni bons, ni mauvais.

Allez. Si dans trois/quatre semaines je vous annonce que j’ai tout réussi, je serai nommée Impératrice Suprême.
Au début j’allais dire "chevalier" puis "chevalière" vu que je suis une fille mais bon j’aimais pas alors plus "chevalier"... et puis finalement quitte à s’autodonner un titre autant oublier la modestie alors voilà.

Impératrice Aloha.