Effeuille mes rêves

Aliénation

Une fois de plus, je suis rentrée en courant.

Encore un coup foireux. C’est dingue. C’est juste DINGUE. Ce qu’ils font est irrémédiablement débile. C’est incroyable.

Me dire qu’ils ne le font pas exprès nuit au bon sens de toute l’humanité. C’est le cas pourtant.

Ils sont forts, en fait, dans un sens. C’est comme si tu brûlais quelqu’un en cachette, quand personne ne vous voit. Au bout d’un moment, la victime a peur du feu et même de la flamme d’une bougie. Pas besoin d’être Freud pour comprendre l’expérience psychologique, là… Quand les autres la voient sursauter en passant près d’une bougie, ils se moquent. "Ben il suffit de ne pas la toucher !".

Mais la victime sait que le feu peut quand il veut l'immobiliser et la toucher. Quand il veut. Suffit que quelqu’un tourne les yeux deux minutes et c’est fini.

Ça marche pareil avec l’esprit SAUF que ça ne laisse aucune trace visible ! Hahaha, on est malins les gars hein ?

Et ils sont forts car avec leurs stratagèmes. Je ne crains plus seulement le feu mais toute lumière. Je m’entends parler, parfois, et ça fait peur.
Ils se débrouillent en plus pour que l’entourage n’en sache rien ou minimise. C’est incroyable ; on me l’aurait raconté j’y aurais jamais cru. C’est comme dans ces films où on se dit que c’est tellement gros que c’est forcément de la fiction. Eh ben non !

Je me répète, je sais, et je ne donne pas d’exemples. Mais ce journal intime m’a aidé à tenir toutes ces années, je ne peux pas faire quoi que ce soit qui - je le sais - compromettrait instantanément mon anonymat. On ne dénonce pas un être aimé quand il s’est garé là où il ne faut pas.

J’ai envie de hurler. Une envie puissante et physique que je dois encore réprimer pendant un mois et demi.