Effeuille mes rêves

Bilan du jeudi

J’commence vraiment à fatiguer. Dès le matin, c’est pas bon signe. Surtout qu’une grosse journée de cours, à bloc, m’attend et que ce soir encore faut que je bosse.

Réveillée à 3h cette fois. Je crois que je me suis rendormie mais c’est flou donc pas sûr. Levée à 5h30.

Faut que je trouve une solution, c’est plus possible. Je vois pas du tout quoi faire pour le moment. Cours chargés ce matin et demain matin en plus, je peux pas me permettre d’y arriver en mode zombie.

J’ai pensé aux vitamines mais elles ne m’avaient pas énormément aidée pendant la période des exams. Non, ce qu’il me faut c’est dormir.

Au moins, il y a le week-end !

Ah et deuxième problème : je suis allée en ville hier pour m’aérer la tête et je m’étais dit de ne surtout rien acheter parce que ce mois-ci je l’ai démarré assez mal, mais j’ai craqué. J’ai pas non plus dépensé une centaine d’euros, hein, mais la libraire a galéré pour me trouver un livre que je voulais voir par curiosité alors je me suis sentie obligée de l’acheter (il me plaisait quand même mais voilà), j’ai voulu tester le nouveau restau de sushis du coin (moins bons que ceux de ma ville, mais pas mal !)... des petits trucs comme ça. J’ai aussi dû faire trois courses au supermarché (acheter de la sauce pimentée si vous voulez tout savoir). Bref : et j’ai encore quatre semaines à tenir comme ça. C’est embêtant.

En ce qui concerne mon défi "pas de signes, etc..." j’ai du mal à tenir. Je ne fais pas exprès, c’est juste plus fort que moi sur le coup et ce n’est qu’après que je me calme. Du coup c’est encore plus important que je m’astreigne à le réussir. Je suis genre accro. Mais ça devrait passer au bout d’un moment. Je ne me fais pas vraiment de souci pour ça. Tout ce que j’ai à faire, c’est faire en sorte que ça me passe le plus rapidement possible parce que je ne veux pas perdre mon temps.

J’aime bien mes séances de sport matinales. J’ai réussi à créer un moment sympa, j’ai plaisir à le faire. Je suis fière de moi. S’il n’y avait pas la fatigue, ce serait parfait. Vraiment rien à voir avec quand je faisais de la course à pied.

En fait, y’a plusieurs petits moments de ma vie que j’aime bien, malgré tout. Mis bout à bout, ça fait un embryon de bonheur. Je dois être sur la bonne voie.
Comparé à l’année dernière, ou à il y a deux ans, c’est un changement en tout cas !