Effeuille mes rêves

C'est ça, je crois, la liberté

Des vocalises et un ego qui se rebiffe - ah bah c’est à ça que tu sers, alors, Ego ! Je vais y arriver. J’y SUIS arrivé.

Reprendre le dessus. Le contrôle. Sur mes émotions.

Oh bon sang, je suis tellement fière de moi !

Visite difficile chez ma grand-mère. Enfin, non, difficile n’est pas le mot. C’est ça le truc avec la vraie vie. La situation n’est pas toujours ausi désastreuse que dans les films - avec la mafia qui vient kidnapper ta tortue de compagnie, ta meilleure amie qui tombe amoureuse d’un zombie et ton patron qui est un bouffon - mais elle peut être lourde quand même. C’est la vraie vie. On ne la refait pas. Si c’était une personne (si ça se trouve il y a eu une espèce de casting pour déterminer comment serait la vie) (et c’est la cynique qui a gagné), on lui dirait quelque chose comme : "Ah là là, qu’est-ce que tu vas nous trouver ! Toi si t’étais pas là, faudrait t’inventer !".

Bon, j’ai trouvé ma technique. Je peux à peu près me contrôler. Quand je suis seule, une fois l’ouragan passé.

Le travail n’est cependant pas terminé. Je dois apprendre maintenant à me contrôler en présence d’autres personnes. J’en peux plus de cette tendance à dire n’importe quoi juste parce qu’il faut parler. Je ne supporte pas ça. Alors je vais créer une solution. Je ne suis plus une victime.