Effeuille mes rêves

C'est mauvais

Je ne sais pas si je vais y arriver.

Outre ce sentiment écrasant que j’ai évoqué dans mon dernier écrit, je ne suis absolument pas sûre de parvenir à réussir à apprendre tout ce que je dois savoir pour exercer.
Je redouble, pourtant. Je devrais avoir plus de facilités. Mais c’est pas le cas.

L’année est payée alors autant la continuer, mais franchement y’a certains cours qui sont beaucoup trop durs. Un cours surtout… je ne le cite pas parce que je suis redevenue paranoïaque mais il est d’une difficulté épouvantable - en même temps avec ma stupide politique intellectuelle du "tu sais tout ou tu ne sais rien"... Je me sature la tête avec les détails et puis vu que j’arrive pas à tous les retenir ben je retiens rien. J’efface tout. C’est le truc le plus débile que j’aie jamais incarné mais c’est plus fort que moi. Je m’en veux tant.

Ce p.tain d’cours, aussi. Tout ce que j’ai travaillé et retravaillé encore et encore, pendant l’année et pendant l’été, je ne l’ai toujours pas retenu. Ça me rend dingue. Et là une fois de plus je sens que ça n’est pas rentré.
Mais je suis épuisée. Je travaille depuis 11h ce matin (j’ai débuté cet écrit à 16h30 à peu près). C’est pas surhumain non plus mais c’est la reprise. Je sais qu’en théorie je dois me garder des pauses (ce que j’ai fait) et des moments de détente (ce que je fais en écoutant mon corps et ne me forçant plus à continuer malgré la fatigue) mais j’ai l’impression que c’est foutu d’avance, que si je ne me tue pas à la tâche je n’y arriverai pas...
J’ai envie de me l’ouvrir ce crâne, sérieux. De le secouer, d’en foutre partout, de touiller… de faire n’importe quoi qui me secouerait les puces un peu.

Je te déteste, Aloha, je te hais. Tu es incapable de faire les choses simplement - voir de simplement faire les choses.