Effeuille mes rêves

Ce qui passe

Hier c’était mon jour de repos, c’est-à-dire que j’ai pris du temps pour moi, sans me prendre la tête avec les cours.

Bon, au final j’ai fait les courses et je me suis tapée le ménage. Mais je suis aussi allée… à Cultura, bien sûr, je ne pouvais pas m’en empêcher !

Mais surtout j’ai pas pu m’empêcher d’adopter deux Terry Pratchett. Mais c’est pas ma faute aussiii, il en a sorti un nouveau qui me faisait de l’œil ! !

Je me suis limite endettée pour 20 ans. Enfin non, mais presque. J’avais des livres plein les bras, des étoiles dans les yeux, et y’avait mon frère qui souriait bizarrement et qui me disait (un peu à la manière de la sorcière dans "La petite sirène", ou du Rumplestiltskin de "Once Upon A Time" pour ceux qui connaissent) : "On peut s’arranger, voici le deal : je peux te les payer si tu veux et tu me rembourseras plus tard… MOUHAHAHAHA avec ton ââââââââââme et celle des quarante prochains petits chats que tu toucheras !!!".

Bon, ok, la fin c’est pas vrai. Mais ça voulait dire ça. Du coup j’ai reposé tout ce qui n’était pas de Terry Pratchett et on est rentrés. On a mangé là-bas, comme on aime bien faire, c’était super ! J’adooooooore faire ça. J’adore j’adore j’adore j’adore ça. J’adore mon frère.

Mais maintenant, c’est le retour à la dure réalité. J’ai regardé mon emploi du temps de la rentrée, et vous vous souvenez que j’avais dit avant d’avoir cette semaine de congés que j’avais des horaires de fou, super chargées, et que tiraillée entre les révisions et le lever à 5h du mat' pour faire du sport j’étais épuisée ? Bah - je n’exagérais pas - mais c’était RIEN du tout comparé à ce qui m’attend à la rentrée ! ! Je sais même pas si c’est humainement possible de faire tout ce qui m’attend.

Je me doute bien qu’il doit exister pire. Sur Terre en général (bien sûr) mais aussi universitairement parlant.

Il n’empêche qu’à mon niveau… c’est chaud. Je suis plutôt du genre lent moi. Je dois toujours réviser énormément avant d’espérer ne retenir ne serait-ce que la base. Je dois toujours en faire des tonnes et me lessiver nerveusement pour que ça marche. Secrètement, ça me saoûle parce que si j’avais de meilleures capacités, je pourrais faire des choses vraiment biens ! J’aimerais que les choses soient différentes, vraiment.

Mais bon, j’aurais tout le loisir de chouiner là-dessus quand j’aurais vraiment le nez dedans.

J’avais dit que j’essaierai de moins parler de mes cours. Donc euh je vais raconter une petite histoire, un petit truc qui n’a rien à voir, pour compenser ça.

Aha ! Je sais !

J’vais vous raconter le rêve débile - mais quand je dis "débile", c’est un truc vraiment ahurissant qui dépasse de loin toutes les strates les plus élevées du ridicule - que j’ai fait il y a quelques jours.
J’ai rêvé de Jareth… non non mais attendez avant de lever les yeux au ciel !! ! Ça vaut le coup, vraiment. J’ai rêvé que j’étais à l’Antroom avec tout plein de gens de la fac et tout… et là, on apprenait que Jareth avait fait une grossesse extra-utérine.

...

Jareth, c’était une fille quoi en fait ! C’était une fille qui s’était transformée en beau-gosse. Et tous les journaux à scandale (parce que bien sûr c’était un beau-gosse célèbre) disaient qu’il avait rompu avec sa copine pour ça, qu’en fait tout n’était qu’une grosse mascarade, qu’en gros le beau-gosse que j’avais cru voir tout ce temps n’avait jamais existé… Enfin bref, du gros n’importe nawak.

J’vous décris pas le fou-rire en me réveillant le matin.