Effeuille mes rêves

Chandelier

Cette langueur que l’on ressent lors du repos après un dur labeur m’exaspère.

Je comprends que c’est pour cette raison que ceux qui prônent le bonheur semblent incapables de rester en place. "Il faut faire des choses nouvelles", "il faut sortir de sa zone de confort" (que je hais cette expression), etc etc. Que fuient ces gens exactement ? Est-ce qu’un dialogue avec nous-mêmes sonne toujours comme la proclamation d’une sentence ?

Les gens en général s’ennuient vite quand ils ont à disposition un laps de temps conséquent. Comme des vacances d’été entières par exemple.

Moi-même, qui aurait tué pour des vacances il y a quelques temps, aujourd’hui je ressens un petit coup de mou. Mais je ne sais pas si c’est la dépression qui à force a tout teinté de triste, le contre-coup de mes examen et de mon année épuisante, ou bien un réel passage à vide.
Ce qui est sûr, c’est que je refuse de me laisser abattre par ça ! La solitude, je vais m’y vautrer allègrement. Jusqu’à la connaître par cœur. Jusqu’à l’apprivoiser. Je ne veux pas me gâcher ne serait-ce qu’un iota de bonheur en perspective.

Je vais à la mer tous les deux jours pour l’instant et je me suis fait un planning de choses à faire. Il est conséquent. Mais je ne travaille pas pour le moment (enfin un peu mais du travail facile).

Je vais y arriver à la vaincre, cette saleté de dépression, peu importe ce qui se dit ! Je vais y arriver parce qu’à partir de maintenant, je ne me laisserai plus tomber dans le chagrin par défaut.

Évidemment que je ne peux pas devenir une fée. Je le sais très bien. Et je n’ai plus cinq ans. La vie ne permet pas ce genre de choses. MAIS je peux choisir la joie au quotidien. Je peux choisir de me prendre par la main quand ça va pas et faire quelque chose pour que ça aille. Et le cerveau c’est comme un muscle faut l’entraîner. Et la répétition est le seul gage de réussite.

La culpabilité qu’on m’a admonestée inconsciemment depuis mon enfance n’aura pas ma peau. C’est moi qui aurait la sienne. Et je vais être heureuse (rectification : je suis heureuse).

EDIT : Oh et j’ai oublié de préciser.
Je suis une gaga des parcs d’attraction. Avec Cathel et Maëlle on part deux jours à Port Aventura ; j’ai TROP hâte.
Je précise que je ne serais jamais sortie de chez moi si ça n’avait pas été pour un parc d’attraction.