Effeuille mes rêves

Mais bon

Je suis sortie manger avec Cathel aujourd’hui.
J’ai un peu flippé pendant qu’on discutait. Elle parlait de l’école, mais d’une façon…
En même temps, je me dis qu’elle était fatiguée et qu’elle a dû bosser ses rattrapages pendant tout l’été donc que fatalement l’école elle la glorifie pas forcément en ce moment. Mais glups quand même ! Je sentais refluer le souvenir de l’atmosphère oppressante et lourde que j’ai été contrainte de fuir. De toutes ces petites embrouilles qu’il pouvait y avoir, au niveau des gens, des examens, des cours, de l’organisation… de moi submergée par les émotions assassines, par les pensées dévastatrices.

Brrr, ça m’a glacée sur le coup.

La sensation part peu à peu, heureusement. Assise bien confortablement à mon bureau, les plans que j’avais imaginé me reviennent en tête, bien que plus fragiles.
Je préfère me forcer à ne pas trop penser à la rentrée. Plus la date approche, plus toute la jolie assurance que j’ai brodée d’utopie et de fleurs fraîches pendant mes séances de psychothérapie s’émousse. Parce que la réalité s’arrange toujours pour que tout ce qu’on a imaginé ne se réalise pas. C’est pas du pessimisme, c’est un constat ! Je ne suis pas triste en remarquant cela, c’est ainsi, c’est tout. Paraît que ce serait moins drôle sans surprise. Il y a toutefois une différence entre une plus ou moins bonne surprise et une claque dans la gueule - et c’est de cette dernière dont je me méfie.

Mon prof de chant ne m’a pas appellée pour confirmer l’horaire de mon cours. Il va falloir que je le fasse moi. Hum, je me sens toujours ridicule au téléphone - encore plus qu’en direct, si c’est possible ! Mais bon, il faut ce qu’il faut.

J’ai couru ce matin ! On peut maintenant officiellement dire que je me suis remise au sport. Ma motivation est très faible mais bon, au moins j’essaie.
Il faudrait p’tètre que je fasse du vélo, à la place. Le temps me paraîtrait moins long/laborieux. Je pourrais faire des progrès. Parce que plus que les limites physiques, c’est le fait que je m’ennuie bien comme il faut qui me fait m’arrêter quand je cours.
Je vais essayer de trouver un endroit sympa pour rouler dans le coin. Je pourrais sûrement emprunter la bicyclette à ma mère.

Sinon, demain je vais voir l’administration de l’école et de mon studio. Des histoires de papiers dans les deux cas. J’en profiterai pour déposer quelques affaires au studio (il faut que je lui trouve un surnom !) et à faire deux ou trois mesures pour d’éventuels petits meubles que je voudrais ajouter.

Ah, là, il faut que j’aille chercher mon frère au lycée ! J’ai pas franchement envie : la chaleur m’a bien abrutie.

Mais bon.

EDIT : Ooooh mais au fait, j’allais oublier !!
Tous les mots de soutien dans mon forum m’ont fait un bien fou. Je remercie Caly, Sanook, et Mimi de m’avoir réconfortée =)