Effeuille mes rêves

Clair

Ça m’intimide presque d’aller bien.

J’ai tellement l’habitude de rechuter sévèrement après écrire des trucs comme ça que du coup je me méfie. C’est plus fort que moi.

Mais là, ça dure depuis quelques jours quand même. C’est un exploit. Alors c’est que ça doit être vrai. Je vais bien !

Aujourd’hui, c’est le genre de jour où avant je me serais sentie mal sans savoir pourquoi. J’aurais culpabilisé et serait dès le matin entrée dans une spirale vicieuse et autodestructrice inconsciente et surtout incontrôlable.
Là j’ai juste… euh je sais pas ce que j’ai en fait. C’est pas physique, pas moral, c’est juste que je reste assise sur ma chaise, en serviette, et que je savoure le temps qui passe. Je savoure.

Je sens l’avant et l’après. C’est infime, mais quand même. Peut-être que dans ma tête, mais ma tête n’est pas remplie de pensées noires donc c’est énorme.

J’avais la flemme de faire du sport ce matin, mais je l’ai quand même fait. Je suis contente ! !

Ça promet d’être une bonne journée aujourd’hui, niveau cours et tout. La semaine en elle-même est chargée et plutôt difficile mais je me motive à en faire quelque chose de bien.
Je vais bien. Je ne ressens rien de particulier - c’est la réflexion que je me faisais hier - je n’ai pas cette explosion de joie dont je me souviens de mon enfance, je n’ai pas de papillons dans le ventre, ou ce genre de trucs, techniquement je n’ai rien. Mais je vais bien quand même.

C’est plus clair et plus léger dans ma tête. Tellement plus clair surtout.