Effeuille mes rêves

Coiffeuse

Je reviens de chez le coiffeur.

C’était bizarre. C’était une femme que je ne connaissais pas avec un accent tout mignon de l’est et on n’a pas beaucoup parlé (j’admire les gens qui papotent de tout et de rien, j’en suis incapable) mais le peu qu’elle a dit était… intéressant.

Elle m’a dit qu’il fallait croire. Croire en ce qu’on voulait. J’ai repensé à ce journal, à ce que j’ai écrit il y a quelques jours. Que je ne croyais plus en rien et que j’allais laisser faire la vie. Je me demande si ce n’est pas cette dame qui a raison ? Ça avait l’air de bien marcher pour elle : elle paraissait très heureuse.