Effeuille mes rêves

Défi de moi à moi

On est d’accord, le principe d’un journal intime c’est de se confier. Mais j’ai tellement la trouille d’être reconnue que j’occulte quotidiennement un tas de confidences importantes.

Donc j’vais me lancer un petit défi ! !

Je vais révéler cinq trucs sur ma vie. Des infos persos. Bon c’est pas non plus grâce à ça qu’on va m’identifier, je reste… moi. Secrète, réservée et mystérieuse ? Paranoïaque.
Mais je me dis que quand je reviendrai ici dans plusieurs années, je voudrai sûrement me souvenir. J’écris pour ne pas oublier ce que j’ai vécu par le ressenti, pour être plus forte, et en garder une trace indélébile. Mais y’a des faits aussi qui sont parfois intéressants.

Bref ! On va voir si déjà j’arrive à trouver cinq idioties sans tout effacer… Il est évident que ce ne seront pas des scoops internationaux non plus, c’est juste pour me pousser à me relâcher un peu.

    1) J’ai une ennemie jurée.

Ehhhh oui ! Je vais même aller jusqu’à dire qu’elle porte le même nom que la copine à Jareth (mais ce n’est pas elle) et que du coup à chaque fois que j’entends/lis ce nom… je grimace et me sens menacée.
Elle n’est mon ennemie jurée que parce qu’elle ne peut pas me blairer. J’ai rien contre elle à la base, mais elle se fout ouvertement de ma gueule avec ses potes, elle me regarde comme si j’étais un cafard… et je ne lui ai jamais rien fait à celle-là. Alors voilà : ennemie juréééééééééée !
Ça ne s’arrêtera que quand elle arrêtera de me jauger comme de la mouerde. Et ça me met mal à l’aise d’avoir une ennemie jurée, alors j’espère que ça viendra vite !

    2) C’est Vaea l’amie qui m’a invitée à son mariage.

Et je me sens toujours aussi perturbée et mal à l’aise quand je me rends compte que je vais vraiment devoir y aller… Je ne sais pas ce que ça fait remonter, mais ça n’est pas agréable.

    3) J’ai un QI pas très élevé.

Enfin j’ai juste fait un test sur Internet pour le savoir. Je ne sais pas s’ils sont tous fiables. J’en ai fait deux : le premier me situait dans "l’intelligence moyenne" et le second… Hahaha, le second me disait "Vous n’êtes sûrement pas très en forme. Recommencez" !
Ça ne m’a même pas vexée, ni surprise. Je ne crois pas au résultat de ce test tout simplement parce qu’il ne m’a rien annoncé que je ne soupçonnait déjà. Ni attristée, ni dépitée non plus. Je galère mais je sais que je fais de mon mieux.

    4) Quand j’étais au lycée (et les deux premières années qui ont suivi), je faisais souvent des rituels magiques. Bêtes et trouvés sur Internet, bien sûr. Donc faux, cela va de soi.

Le problème, c’est que j’en avais conscience, qu’ils étaient faux et écrit par des personnes qui n’y connaissaient rien. Et que je n’y connaissais rien moi non plus.
Je regrette de ne pas m’y être mieux impliquée, peut-être qu’en donnant tout et en réalisant ensuite que ça ne menait à rien, j’aurais grandi plus vite. Et mieux.
Mais j’imagine que d’un côté, c’était ma façon à moi d’entretenir un peu d’espoir pour le futur. Je rappelle que je ne savais pas à l’époque que j’étais en dépression. Enfin je savais, mais mon environnement m’empêchait de l’accepter et de mettre des mots là-dessus.

    5) J’ai vraiment un gros souci avec les livres…

Je n’en parle pas trop ici parce que je ne me sens pas légitime pour parler de littérature, quelle qu’elle soit. J’ai l’impression quand je parle d’un livre que j’ai aimé, détesté, ou qui m’a profondément touchée… Je ne sais pas. De ne pas être légitime. D’être vaniteuse.
Pourtant, ça me crèèèèève de n’avoir personne à qui parler de mes lectures ! Quand je prête un livre à mon frère, j’essaie toujours de parler de ce que j’ai aimé ou ressenti, et systématiquement il me coupe en me disant "Oui oui d’accord, je le lirai, c’est tout".
Je n’ai pas vraiment de passion dans la vie… sauf les livres. Mais tout le monde lit plus ou moins alors je ne sais pas si je peux parler de passion. J’ai des tocs bizarres avec mes bouquins, j’ai besoin d’avoir un livre près de moi pour aller bien, je dois lire quelques lignes chaque soir sinon je suis malade, j’en achète régulièrement et même quand mes finances ne sont pas au top parce que je deviens également malade quand je veux absolument en lire un et qu’il n’est pas là… Il ne se passe pas cinq minutes CHRONO sans que je pense au livre que je lis actuellement. Des fois je m’assieds en face de ma biblio juste pour… être à côté d’eux, pour qu’ils m’inspirent, me donnent de la force, je ne sais pas comment dire ça mais ça m’apaise. Je prends du temps pour les feuilleter, les toucher, les sentir même parfois (psychopathe refoulée, bonjour !).
Etc...
Alors ouais. Dans mon for intérieur, je dis que je suis passionnée. Bibliophile, je crois qu’on dit exactement. Mais là encore ça fait un peu vaniteux… enfin pour moi je veux dire. Je n’ai pas de connaissance suprême ni rien alors bon, non, peut-être que je ne mérite pas au vu de mon absence totale de culture un rang comme celui de bibliophile, mais j’aime bien quoi. J’aime lire et j’aime les livres. Viscéralement.

Bon voilà, c’était évidemment très… euh, léger, je l’avoue. Et avec le recul je ne vois pas trop le bénéfice. Mais bref !

Ahhhh mais encore une chose !! !

    6) BONUS !

J’ai appelé ma conseillère bancaire. Elle est super gentille ! Je suis toujours scotchée et éperdue de reconnaissance quand j’ai quelque de sympa au téléphone depuis que la secrétaire méchante de mon psychiatre prend mes rendez-vous.
Elle m’a dit qu’elle ne pouvait pas bloquer les escrocs par rapport à mon compte. Donc espérons qu’ils seront corrects et ne recommenceront plus (ce qui devrait quand même ne plus poser de problème).
Si cette histoire peut servir à quelqu’un… N’achetez jamais SpyHunter.