Effeuille mes rêves

Des toons

Dans six écrits (cinq en comptant celui-là) j’aurai atteint le doux nombre de 666 écrits !  !  !

C’est important de le noter. Ouiii…

J’adore mon stage. Autant dimanche soir, j’ai eu une petite frayeur. (L’échec de mon objectif "mémoire" du jour m’avait pas mal perturbée). Autant hier matin, la journée a impeccablement commencé : j’ai pu me rendre seule et à pied (donc : tranquille avec ma musique) sur le lieu et ensuite la journée n’a comporté que des bonnes choses.

Que des toons.

Je commence à penser beaucoup de bien de cette loi de l’attraction. Plus que la loi en elle-même, c’est ce livre audio qui s’appelle "Les clés du secret" qui m’a vraiment aidée à l’appréhender.

Je prends le temps d’apprivoiser mes émotions et mes pensées (surtout mes pensées). Mais ça vaut le coup.
Même si bien sûr tout ne change pas instantanément ; le vrai secret c’est la persévérance acharnée. Surtout quand on croit ne pas y arriver. Le découragement est la marque d’une étape en train d’être franchie, pas la fin du trajet.

Bref. J’essaie de laisser des traces de mon raisonnement pour quand je me relirai bien plus tard (un journal intime ça sert à ça, et c’est génial pour cette raison) et éventuellement pour qui voudra parcourir ces pages virtuelles.
C’est incroyable à quel point ces mots qui avaient perdu de leur substance il y a quelques mois à peine sont aujourd’hui à nouveau… vivants. Vivants, comme moi.

Je vois beaucoup de gens qui souffrent comme j’ai souffert. Voire plus. J’ai eu de la chance dans mon malheur, et je le sais.
J’aimerais les aider. Leur transmettre ce que j’ai appris et ce que je ressens aujourd’hui. Mais c’est impossible… ça m’affole. Il n’y a pas de recette miracle pour sortir de la dépression. Il faut accepter de se faire aider. Les médicaments aident mais ne font pas tout, idem pour le psychiatre et le(s) thérapeute(s) comme psychologues.

C’est important mais il y a encore autre chose.

Et c’est là que les mots me manquent.

Ce n’est pas parce que les choses semblent sans espoir sur le moment qu’elles le sont vraiment.
Tout aussi catastrophique soient-elles.
Il faut absolument apprendre à se respecter et s’aimer, c’est-à-dire se réapproprier sa vie, ses sensations, y faire du ménage pour réajuster ses priorités et ses objectifs.

Bon, il faut que j’aille travailler. J’aurais au moins essayé de transmettre…