Effeuille mes rêves

Différente

À la rentrée, une nouvelle vie va commencer.

Une vie qui sera… pétillante ! La vie que j’ai toujours voulue. Sans tomber dans les travers qui me dégoûtent. Une vraie vie. Libre. Avec de la joie. J’en ai terminé avec les prises de tête (avec les futiles en tout cas). Je rencontrerai de nouvelles personnes, je m’épanouirai pour de bon, je serai à fond dans mes études tout en ayant une vie à côté. Vie, vie, vie, ce mot prend des proportions titanesques en moi !
J’ai parlé de ça avec ma psychologue aujourd’hui. J’en ai aussi parlé, même différemment, avec l’hypnologue hier. C’est décidé. C’est en bonne voie - je suis sur la bonne voie. Même si de temps en temps le moral ne suit pas, je maîtrise de mieux en mieux mes baisses de régime. Je suis fière de moi.

Je me sens forte de tout ce que j’ai appris au cours de ces derniers mois. Je vais faire de grandes choses, à mon échelle.

Je sais que le bonheur c’est maintenant que ça se construit. Pas "à tel moment, quand j’aurai obtenu telle chose". Maintenant. Ça vient pas comme ça et ça se travaille. Et je trouve que j’ai plutôt bien bossé là-dessus, je me suis suffisemment décarcassée, maintenant (MAINTENANT) j’estime y avoir droit - il ne m’en faut pas plus !
Il n’y avait que moi à convaincre.
Ça va le faire. Yep. Je vais y arriver. Je suis prête. Je le SENS. Je me SENS différente - pas d’une différence monstre non plus mais… je ne sais pas comment le dire autrement : différente.

Mes voeux - des souhaits que j’ai chéri des années durant - vont se réaliser. La roue tourne enfin. Tout ce que j’ai fait jusqu’à présent n’a pas été vain - et je RIS AU NEZ de cette superstition ridicule qui me susurre que tout cela va s’écrouler parce que je l’ai confié ici ; NON ! Cette pensée n’a aucune réalité, je ne lui donne aucune autorité sur moi.
Je renais. Je bascule de l’autre côté du miroir.

Ça fait du bien de savoir où on va. Il y a deux mois à peine, je n’avais aucun projet dans la vie. Je ne savais pas pourquoi j’étais sur Terre, pourquoi perpétrer cette masquarade qu’était devenue mon existence. Maintenant, j’ai réussi à trouver un but ! Et un but bien à moi. Ce n’est peut-être pas aussi noble que "aider les gens", comme j’ai pu le lire, mais c’est quelque chose qui me touche au plus profond de l’âme.
Il peut avoir l’air idiot, mon but, mais il me plaît : je veux vivre pour aller visiter le Royaume-Uni (voir les décors d’Harry Potter !) et SURTOUT faire tous les parcs d’attraction qui se trouvent aux États-Unis. C’EST DIT ! En plus de construire ma vie autour d’un métier que j’adore, et l’idée fixe de faire le tour du monde un de ces jours, voilà pourquoi je me lève le matin. On peut en rire mais cette pensée est forte et elle sera forte encore quand je tomberai à nouveau - elle sera là pour me relever.

Je n’ai plus peur. Je vais reprendre ma destinée en main, devenir actrice de ma vie.