Effeuille mes rêves

Du matin

J’me Calyfie, dis donc !

Me suis réveillée à 5h du matin et puis impossible de me rendormir. Et pas d’exam' cette fois. Un cours difficile (aujourd’hui et demain) qui me préoccupe un peu, certes, mais je ne suis plus aussi morte de trouille qu’au début de l’année.

D’ailleurs, ouais, je viens d’y penser : j’ai fait de supers progrès de ce point de vue ! !

Je sais pas si ce sont les Fleurs de Bach… je pense pas. Les FdB comme je l’avais dit dans un écrit que j’ai supprimé, quand je les prends pas je ressens rien, et quand je les prends régulièrement j’ai une légère anxiété le matin. C’est bizarre.
Je vais continuer cependant. J’me raconte des histoires pour tenter d’expliquer ça. De toute façon, j’ai déjà tout payé et reçu donc bon.

Hier, j’ai voulu bosser toute la journée, mais y’a eu un moment où j’ai pété un câble. Fallait que je prenne l’air. J’ai hésité un moment mais finalement j’ai cédé et je suis sortie en mode épouvantail (pas coiffée, habillée comme un sac, sans lentilles) faire un très petit tour.
J’ai décidé de sortir aujourd’hui aussi. Pas cours cette après-midi. J’irai acheter le livre qui m’a fait de l’œil lundi mais pour lequel je voulais attendre le mois prochain : c’était une trop belle édition, je crains de trop attendre et de laisser passer ma chance.

Mon examen de lundi ne se présente pas très bien.

Il est difficile, et on a vraiment pas beaucoup de temps pour le réviser… pour l’apprendre, même. J’ai aucune avance cette fois. J’me sens vraiment mal à l’idée de le passer. Je retiens pas grand-chose en plus en ce moment.

Et puis je me suis aperçue que toutes les connaissances de la première année étaient oubliées. Mais des trucs super importants en plus ! ! Je flippe grave à cause de ça. Grave.

Bon, allez, une étape à la fois de toute façon. Faut que je survive au cours difficile. Celui d’aujourd’hui devrait bien se passer, c’est pour celui de demain que je suis plus inquiète. Mais bon. Faut laisser faire la vie, c’est vraiment la leçon que je dois intégrer en ce moment. Elle a l’air facile mais ne l’est pas tant que ça en fin de compte.