Effeuille mes rêves

Écartelée

Je prends conscience de 25 ans d’enfantillages.

Mes erreurs me reviennent subitement en plein face.

Comment réparer ce que l’on ne contrôle plus ? J’aime écrire ici. Il est toutefois peut-être temps de mettre fin à ce journal - plus tôt que prévu. Et d’envisager de ne pas en recommencer un nouveau - là aussi, comme prévu.
Mais c’est trop bête de finir là-dessus ! Sur de l’angoisse ! Après tout ce que j’ai fait pour m’en affranchir !

Je suis déchirée entre le lien que je créé - dans le passé, le présent et le futur - ici avec des anonymes inconnus mais bienveillants… et les armes que je donne à ceux qui ne le sont pas.
Il y en a moins. Peut-être même qu’aucun n’est jamais venu sur ce site. Peut-être même qu’il n’y en aura jamais. Ou qu’ils s’en foutent (ils auraient bien raison).

Mais tu te calmes :

    1) Des erreurs, tout le monde en fait.

    2) Très peu de gens, à partir de la génération qui a grandi avec Internet - la mienne donc - a su parfaitement se détourner, dès le départ, de ses pièges et tentations. Donc c’est quelque chose d’humain.

    3) Tu vois que tu peux te parler bien et être positive, quand tu veux !

    4) On te juge même lorsque tu ne fais rien de spécial, ne dis rien, et marche dans la rue. On peut te filmer à n’importe quel moment le visage déformé par une grimace enlaidissante au possible et t’élire Mocheté Mondiale.

    Alors une exposition potentielle de ta vie privée… Non, c’est vraiment pas cool. Mais qu’est-ce qu’on peut déduire de tout ce que j’ai confié ici ? J’aime les livres, les fées, et j’ai globalement la vie émotionnelle d’une enfant de cinq ans. Ok -> image immature et peut-être superficielle. Bon. Admettons, tout le monde connaît mes identités réelles et virtuelles demain. Tout le monde me pointe du doigt et hurle de rires moqueurs en me voyant.

      a) Ils oublieront.

      b) Les jugements biaisés de telles personnes ont encore moins de valeur que les a priori de ceux qui me connaissent relativement bien.

      c) Jamais personne ne détient une vérité claire et absolue. Alors ceux qui choisissent de propager des mensonges ? Ce que les autres pensent ? Même si tout transparaissait être moi à 100%, la vérité ne pourrait pas encore être appréhendée. À quoi bon lutter ?

    5) Ils oublieront.

Les écrits restent. Ils ne sont pas la transparence absolue sur l’âme pour autant. 10%.

6) Si les choses, la beauté et les vertus ne reposaient que sur les gens malveillants… trop d’absurdité aurait fait imploser le monde.

Oui. Je vais terminer ce journal, comme planifié.