Effeuille mes rêves

Effort herculéen

Ce matin, j’avais le moral au fond des chaussettes. Mais ! J’ai réussi à me changer les idées !

Je ne resplendis pas de bonheur non plus, faut pas exagérer, mais j’ai fait des progrès comparé à ce matin ; et ça a été dur donc j’en suis fière.

Mes vertiges n’étaient pas partis, en fin de compte. Mais j’en pouvais plus de rester leur prisonnière, alors j’ai pris ma voiture et je suis allée à la piscine. Je sais et savais que c’était dangereux, et je crois que c’est surtout pour ça que je l’ai fait. Je voulais ressentir quelque chose… Au final, je n’ai pas eu de grosse bouffée d’adrénaline, mais au moins, j’ai fait quelque chose de ma carcasse.
J’ai nagé environ une heure. Bieeen comparé à la dernière fois où je n’avais tenu que 25 minutes, je crois. Mais il y avait du monde ! Beaucoup trop de monde. Tellement que je me suis maudite d’avoir acheté une carte d’abonnement. Et que je me suis mise à regretter très fortement la plage malgré mes terreurs incontrôlables sur les requins imaginaires (des GROS requins avec plein de GROSSES dents, j’vous raconte pas l’angouaaasseuh !).

Ma mère va me tuer quand elle sentira (odeur du chlore oblige) ce que j’ai fait. Mais au moins elle verra que je me bouge pour essayer d’aller mieux… Peut-être que ça la réconfortera ?

HAN ! Rien à voir mais je viens de me rendre compte que la première saison de ma série préférée est bientôt terminée… "qu’est-ce que je vais devenir" quand y’aura plus mon épisode de la semaine à attendre ? ? Ça me donnait un but, un objectif, même si c’était une attitude plutôt passive, je le reconnais.
Mon père me dirait "VA COURIR !". Je l’entends d’ici ! Mais euh ah eh ben… non.
Il commence à faire vraiment chaud, alors je vais pas pouvoir m’amuser à courir de partout tout le temps. Maintenant que j’ai décidé que l’Ère de la Léthargie était finie, il faut que j’économie mon énergie pour la concentrer sur ce que je veux vraiment (même si je ne sais pas encore ce que c’est précisément). Donc m’épuiser et galérer pendant qu’il fait + 50° dehors… moyen. J’irai courir, mais tôt le matin quand je fais un rêve chiant ou bien le soir quand il commence à faire plus frais.

Ça c’est de l’objectif ! Mais j’ai jamais été une grande sportive, donc on verra où ça me mène. Si je tiens la distance.

Sinon, la femme de ménage m’a dit que j’avais grossi. Le genre de truc qui fait suuuper plaisir quand on est au fond du gouffre et qu’on essaie de s’en sortir - VLAN ! Un grand coup sur la tête !
Je sais qu’elle voulait faire la conversation, à sa manière, et qu’elle ne pensait pas que ça me toucherait. Alors j’essaie de faire en sorte que ça ne me touche pas, même si le cachalot déphasé que je vois dans le miroir ne m’aide pas à réhausser mon opinion de moi.

Du coup, je suis sortie encore. J’ai acheté le Colissimo pour pouvoir bientôt envoyer à une amie un livre qui l’intéresse (dès que j’aurai son adresse), je suis allée commander mes lentilles (pendant un an je vais avoir la paix avec ça, yeah !), j’ai fait la prise de sang que le psychiatre m’avait demandé qui va avec la prise du nouveau médicament (gneuh, pourquoi faut-il que les infirmières mettent les pansements juste là où y’a les poils de bras ? ? XD), j’ai appelé sa secrétaire aussi pour essayer de ruser pour avoir un troisième rendez-vous pas loin après le second, eeeeeeeet j’ai fait des listes. L’écriture aide à chasser la déprime, que j’ai lu sur un site, alors j’ai listé les séances d’auto-suggestion positive que je compte me faire tous les matins, les choses que j’ai à dire à mes thérapeutes (faut que je pense à prendre un premier rendez-vous avec l’hypnologue pour la semaine prochaine), les activités à ma disposition immédiate (afin de ne plus tourner en rond pendant trois heures dès que j’ai un coup de barre), et plus globalement ce qui ne va pas dans ma tête pour espérer trouver de l’aide à ce sujet.
Ça a peut-être l’air de rien, mais ça m’a bien occupée et pfiou ! J’ai le dedans de la tête un peu allégé !

Je devais aller voir mes grands-parents pour papoter aussi mais ils étaient pas là ! J’irai jeudi ou vendredi.

Bon voilà c’est le genre d’écrit qui sert à rien mais écrire-me-fait-du-bien. Donc faut continuer.
J’ai aussi fini de lire mon livre sur le bonheur et maintenant je me pose tout plein de questions auxquelles je n’ai pas de réponses à fournir - comme "quel est le sens de ma vie ?", "quelles sont mes valeurs ?", "à quoi ressemble ma vision du bonheur ?". Je vais faire des recherches pour trouver des pistes.