Effeuille mes rêves

Est-ce possible ?

Bon ben.

La tempête est passée.

Je devrais m’en réjouir mais je sais que rien n’a changé de toute façon.
Il y aura forcément une prochaine fois, alors comment me sentir tranquille ou en sécurité dans ces conditions ?

Je suis blasée.

Mais bon au moins j’ai la force d’affronter cette journée. Sûrement celle de demain aussi. Et peut-être avec un peu de chance celle de vendredi.

Mais je ne pourrai pas rester toute ma vie comme ça.

Je ne sais vraiment pas quoi faire pour me sortir de ce cercle infernal.

Je ne souhaite pas ce monde de souffrances intérieures même à mon pire ennemi… C’est le combat de toute une vie après pour s’en tirer.

Un esprit cristallisé autour d’une obsession qui éclate en milliers de petits bugs insidieux qui enrayent la machine.

Du lâcher prise et du temps, c’est soit-disant cela mon remède. Rien que je ne puisse faire.

Je chante tous les matins parce que j’ai remarqué que les choses étaient moins pires quand je le faisais.
J’évite les véritables catastrophes ainsi. Même si je chante mal. Mais j’ai l’impression d’être prisonnière d’un dessein qui me dépasse, d’un plan énorme qui englobe tous mes espoirs et mes rêves… la vraie question est : auront-ils un jour l’occasion de se déployer dans le monde réel ?

Pour l’instant, c’est mal barré.

Pour l’instant, j’ai une belle vie en apparence, certes, je ne meurs pas de fin dans un pays en guerre.
Mais je ne suis pas vivante pour autant. Du moins rarement.

C’est mieux que ce que j’avais comparé à quelques mois plus tôt, c’est sûr.

Mais j’ai peur de voir mon évolution s’arrêter là. Est-ce possible qu’elle se stoppe net comme ça ?