Effeuille mes rêves

Fin de journée

La chaleur m’a étouffée cet après-midi donc j’ai décidé d’aller à la plage.

Et j’ai bien fait ! J’ai revu M., une amie du primaire + collège avec qui j’échange des nouvelles par texto de temps en temps. J’aime beaucoup cette fille, ça m’a vraiment fait plaisir ! ! Pour le coup, ça m’a vraiment vidé la tête de parler avec elle : je discutais librement, sans aucune pensée pénible à l’horizon, sans m’en rendre compte - bon bien sûr je ne me suis pas non plus métamorphosée en pipelette - et c’était franchement agréable.

Par contre, le diner m’a pété le moral. Là, j’ai eu droit à mon lot de pensées crispantes et tristes. On en revient à peine, à l’instant, car il y avait des tables nombreuses. Je me force à essayer d’aimer ma belle-mère, mais j’y arrive pas. Et je l’ai déjà dit plusieurs fois : marre de me forcer tout le temps. Je sais que sa place n’est pas facile à tenir mais je sais aussi maintenant que changer ses sentiments n’est pas de l’ordre du possible ; tout ce que je peux faire c’est continuer à donner mon mieux en restant un minimum courtoise.