Effeuille mes rêves

Folie juvénile

Je ne sais pas trop où aller. À qui confier ce à quoi j’ai juré de ne plus penser. C’est juste plus fort que moi.

Ça me fait ch!er, pour le dire clairement !

Je voudrais me débarrasser de ça. Sans romantiser la chose, sans la dramatiser surtout, ou la rendre niaise… Ça n’a rien de niais. C’est juste une obsession débile. Mais tenace. Mais tellement débile…

Le pire, ce qui m’énerve le plus, c’est que ça restera à l’esprit de ceux à qui j’en ai parlé ! Comme une étape de ma vie ! Pendant des années, voire toujours - comme si ça comptait réellement !
J’en suis totalement outrée. Et dégoûtée. Ça va lui donner plus d’importance que ça en a réellement. Et ça va me suivre à vie. Une horreur.
Je ne veux pas de çaaa dans ma tête. J’ai même tellement honte d’en être encore coincée à ce niveau - ce niveau si bas - que je ne nomme même pas. Je suis pathétique. Pitoyable. Ce n’est vraiment pas l’histoire que je veux écrire dans ma vie. C’est même une portion tellement incontrôlable qu’elle va laisser de sacrés dégâts dans son sillon !

Rien qui ne vaille le coup en plus !

J’essaie de souffler. De pfffiouuuuu d’expulser ma colère envers moi-même, ma colère face à ce que je ne peux pas contrôler : mes pensées !

D’ailleurs, je me demande si c’est normal. Si c’est biologique ou humain. Est-ce que les autres pensent à des trucs qu’ils ne peuvent pas contrôler aussi et qui sont aussi dérangeants ?

Aaaah que ça m’énerve !

Et le titre n’a rien à voir avec l’écrit.