Effeuille mes rêves

Gros flocons

Hier je disais que j’étais motivée pour aller en cours.

Forcément, aujourd’hui ça n’est plus le cas.

Elle me gonfle cette fichue loi du "Je dis une chose donc il se passe le contraire". Elle me gonfle parce que du coup, la morale que j’en retire, c’est que si je veux être heureuse il faut que je sois pessimiste. C’est nul.

Bon bah voilà : je ne suis pas motivée DU TOUT pour aller en cours. C’est pas tant à cause de la neige, c’est juste que je suis fatiguée. Mais je sais que si je reste à la maison, je ne ferai rien, donc autant se reposer ce soir en apaisant ma conscience à coups de "ouais tu bosses pas mais t’es allée en cours aussi" plutôt que de se morfondre parce que je ne suis capable de rien de concret aujourd’hui.

Au moins, je me suis bien amusée avec Cathel tout à l’heure. Comme de vraies gamines. On a fait une bataille (que j’ai perdue) et le regard de tous les autres quand on est rentrées en cours et qu’on dégoulinait de neige… épique.
Surtout qu’on levait bien haut la tête du genre : "Bah quoi ? Vous avez remarqué quelque chose de particulier ? Nan nous on a rien à se reprocher, on n’a rien fait !".

Allez, ça marche comme ça. Je vais en cours mais ce soir je glandouille encore.

Ouais, ça me va bien.

Tout le monde est crevé de toute façon. Le problème c’est qu’on a un gros exam qui arrive bientôt. Je l’ai bien travaillé, mais je n’ai RIEN retenu. C’est un paradoxe sur lequel les plus grands de ce monde pourraient se pencher, y’a matière à dégoter un prix Nobel.
Je ne peux pas m’y présenter comme ça, faut que je le bûche encore. Mais franchement il me gave un peu. L’année dernière, je ne sais plus de combien je l’ai loupé mais voilà quoi.

Ah, tout ce blanc, tous ces gros flocons qui tombent !
Ça adoucit la chose, on va dire.

P.S : Et j’ai eu un gros doute avec l’écrit de Quiche, mais après vérification : la neige c’est pas dégueulasse ! =D