Effeuille mes rêves

Histoire de vie

Ça va mieux.

L’air de la mer m’a régénérée. "L’air du vent" aussi. J’ai passé une heure à chanter cette chanson de Pocahontas, sérieux. Les vitres ouvertes en plus, du coup dès que je voyais une voiture je m’arrêtais brusquement mais étant donné que j’avais encore la mélodie bien en tête et qu’elle voulait sortir ça donnait un genre de gargouillis étouffé trop bizarre.. Haha, enfin bref !

Quand je suis près de la mer, je me pose immédiatement.
J’me cale au fond de moi-même, on peut dire. Et j’bouge plus. Je suis capable de rester des heures comme ça. Et je laisse la machine à penser dans ma tête tourner jusqu’à ce qu’elle se fatigue au bout d’un moment, les embruns iodés sont à ce jour les seuls à avoir ce pouvoir.

En général, j’ai une bonne idée par sortie.
Pas forcément de grands déclics, mais un p’tit truc pour m’aider.

Aujourd’hui ça a été un souvenir.

J’me suis souvenue que hier, mon papy m’a raconté un bout de l’histoire de sa vie. Et j’ai pleuré d’émotion. Parce que la façon dont il parlait de son histoire avec ma grand-mère était trop émouvante, déjà, mais aussi parce que tout semblait s’enchaîner comme dans un scénario.
Ça m’a fascinée.
Et j’ai souhaité que la même chose se passe pour moi aussi. Pour tout le monde en fait. Qu’on ait tous une histoire de vie à vivre, que la souffrance et la galère ne soit jamais gaspillée.

C’est un peu utopique, mais c’est cette idée qui a calmé mon angoisse.

J’me doute que demain je dirai pas la même chose. Mais au moins je peux profiter de mon dernier jour de congé sans stresser, et ça c’est COOL.

Han, mon frère chéri vient de rentrer !  !  !

Je suis TROP contente !  !  !  !  !  !