Effeuille mes rêves

Humaine pour la vie

J’ai trouvé ça !  ! !

Je l’ai imprimé et vais l’afficher dans un endroit où je le verrai tout le temps.

Je connaissais plus ou moins le principe quand j’ai choisi mon pseudo*, mais je n’imaginais pas qu’un jour il serait la seule bouée de sauvetage qui conserverait ma raison et me permettrait de tenir.
Je sais que cela peut changer beaucoup de choses. "Une acharnée du bonheur". J’ai lu ça quelque part, à propos d’une auteure ayant écrit un livre sur l’optimisme…

Je sais qu’il faut appliquer prioritairement les idées avant d’amasser toutes les connaissances du monde (parce qu’on ne les aura jamais toutes) mais je me connais, je sais comment je fonctionne.
J’ai besoin de m’immerger à fond au préalable pour espérer changer quoi que ce soit. Je n’ai pas la souplesse d’esprit nécessaire pour appliquer toutes mes envies en l’instant.

C’est comme ça, on fait avec ce qu’on a.

Bon, le truc c’est que j’ai aussi trouvé ça. Et parmi toutes les nouveautés que je veux inclure dans ma vie pour devenir la personne que je veux être, apprendre à réveiller mon cerveau est une priorité. Beaucoup plus de chances d’éviter le Grand Écran Blanc Figé à l’intérieur de ma tête dès qu’un prof me pose une question. Les énigmes sont ainsi très stimulantes ; je l’ai découvert de manière évidente dans mes recherches.

Donc faut la résoudre. Je ne vais pas me mettre la pression mais c’est vrai que j’ai un peu honte. Je ne suis pas très intelligente, et je le sais. J’ai peur de ne pas faire la moindre avancée.

Mais je vais essayer. Et ce qui est sûr : c’est que je vais arriver à appliquer cette idéologie à ma vie. L’intelligence, ensuite, c’est un bonus. Ma quête du Graal. Mon moulin de Don Quichotte.

* D’ailleurs, aujourd’hui encore, je culpabilise d’avoir eu l’outrecuidance de l’avoir fait. Ma première pensée en ayant eu ce coup de cœur pour ce mot magnifique a été que je n’étais pas à la hauteur, et que quelque part c’était une sorte de sacrilège. Je l’ai fait quand même, preuve de mon manque de volonté. Mais je l’aime sincèrement. Ça n’excuse pas ce que j’ai fait. Je ne me justifierai jamais devant qui que ce soit ainsi. Mais c’est vrai.