Effeuille mes rêves

Il en faut vraiment peu pour être heureux

J’ai passé une journée difficile samedi parce que vendredi soir je n’avais pas pris mes cachets.
Je ne voulais pas conduire ensuquée, ça me faisait peur pour mon frère. Ou pire : être ensuquée pendant le show et rater ne serait-ce qu’une vanne !

Alors voilà, j’en ai payé le prix samedi. J’ai été abattu et hyper dépressive - presque comme avant - toute la journée.
Cela m’a profondément déçue. Ça veut dire que sans les cachets, je ne suis rien. Je redeviens la loque misérable que j’ai été. Ça m’effraie beaucoup.

Surtout que ça ne peut être que ça puisque depuis que je les ai repris je pète le feu !

Genre là, je frôle le bonheur (oui, ce bonheur que j’ai tant de mal à attraper) parce que… je viens de prendre ma douche.
Ma douche, quoi.
J’me sens privilégiée, chanceuse, et heureuse de m’être lavé les cheveux !

Bon, j’exagère un brin. J’suis pas non plus "heureuse" au sens propre du terme mais voilà j’me sens bien. Sentiment qu’on devrait avoir après chaque douche.

Même si demain j’ai exam, et que comme d’hab' je sais pas si je vais m’en sortir. En fait, c’est plus vicieux que ça : j’ai bossé comme d’habitude donc je me dis que ça devrait passer au moins la moyenne, mais vu que je me sens un minimum en confiance je me dis que ce n’est pas normal et que donc je vais me planter.

Saoûlant.

Bref. Tout ça pour venir écrire qu’en fait, je crois que les Fleurs de Bach marchent bien.

Aujourd’hui, j’ai eu un cours difficile qui s’est méga bien passé parce que je n’ai pas eu peur. Je me suis posée en cours et j’ai laissé faire les choses et rien ne m’a perturbée.
Je crois que grâce à ça, il y a un ou deux évènements nuisibles que j’ai pu éviter - juste parce que j’étais dans le bon état d’esprit.
J’ai même pas tiqué quand j’ai vu que Jareth était là, c’est pour vous dire !

Si elles marchent aussi bien que ça… peut-être que j’achèterai les Fleurs de Bach spécial dépression, quand j’aurais fini le traitement actuel.
Bon, vu le prix que ça m’a coûté, il me faudra sûrement d’abord économiser pendant quelques mois pour pouvoir le faire. Ou non : le plus intelligent, je crois, serait d’attendre la fin de mon traitement médicamenteux. Dès que j’arrête les médocs, je compense avec les Fleurs de Bach. Comme ça, j’aurai un support, je ne serai pas toute seule.

Mouais. Ça me paraît être une bonne idée.

Arf, et il faut réviser pour demain. Et le temps file, file… Si je prends plusieurs paramètres en compte, même si j’ai des oraux avant et pendant juin et que c’est jamais évident, je crois que je n’ai vraiment rien à craindre (en tant que peur forte) jusqu’à décembre prochain.

J’aime bien cette idée. J’suis trooooooop contente de penser ça !  !  !