Effeuille mes rêves

Inspiré

Cette impression quasi mystique d’être investie d’une mission.

Je sais maintenant avec certitude que si ma tête carbure à plein régime, réfléchit autant, c’est qu’il y a une raison.
Quelque chose doit en sortir. Je sais pas comment expliquer ça.

Mon délire de chercher quelque chose en plus de la vie quotidienne, quelque chose qui toucherait les étoiles (ce n’est pas le mot exact mais je n’ai rien d’autre), qui planerait bien au-dessus de moi, qui serait au-delà de moi, au-delà des choses que je vois tous les jours et que je perçois de cette manière si blasée, ce soi-disant délire n’est pas né d’une imagination trop débordante - c’est un fait, pas un bug.

Oui, ce que je cherche existe.

Et il est à l’intérieur de moi.

Et ça me tue de le garder enfermer à l’intérieur comme ça. Ça veut sortir. Je vous assure que je ne suis pas folle et que ça veut sortir.
Y’a autre chose que cette vie qu’on nous propose dehors.

Et je vais trouver ce que c’est.

Mais je n’arrive pas à verbaliser les choses, ça me fait mal…

Il ne faut négliger aucun détail. Rêve, signe, acte manqué, psychologie… aux grandes armes de grands mots pour une si petite chose que je cache dans mon être mais que j’ai perdu ou oublié.

Tout passer en revue.

C’est pour ça que je suis bloquée. C’est pour ça que je n’arrive à rien. À cause du grain de sable qui enraye la machine.

J’espère que je vais y arriver. J’espère que je vais y arriver. Vite. Je tiendrai pas des années avec cette pensée dans ma tête tapie dans l’ombre qui refuse de se clarifier et de m’offrir la paix.

Il me la FAUT.