Effeuille mes rêves

Inspire, et...

Gros besoin de changer de fond d’écran de journal encore une fois.

Ça peut paraître inutile de le signaler, mais j’étais incapable de revenir écrire ici un jour sans cette condition ! Bizarre.

Il se passe de drôles de trucs dans ma tête. Plein de trucs. Je réfléchis trop, probablement. Mais je ne peux pas m’en empêcher.
J’ai besoin de solitude en ce moment. De beaucoup de solitudes*. Les gens de l’école sortent. Assez régulièrement. Moi non. Enfin, encore moins que d’habitude je veux dire. J’ai mes périodes comme ça, c’est plus fort que moi. Elles sont très intenses. Pas du tout tristes. Nécessaires.

Je ressens le besoin de réfléchir. Il y a quelque chose qui m’échappe… C’est EXACTEMENT comme avoir une chanson sur le bout de la langue. Mais en l’occurrence, c’est un sentiment qui se niche exclusivement dans le cœur. Mis à part ça, c’est la même chose. Une question de musique. Une musique que je n’arrive pas à saisir. Une pensée glissante. Prenante, pourtant.

Il y a quelque chose de caché dans ma vie entière, derrière mon expérience et mon esprit, que j’ai besoin de faire sortir mais que je n’arrive pas. Une prochaine étape de franchie peut-être ? J’ai l’impression d’avoir le pouvoir de faire quelque chose de grand. Là, maintenant. Mais je ne sais pas ce que c’est - et la dernière chose à faire est de faire n’importe quoi pour évacuer cette sensation et rater ma véritable opportunité.

Quelque chose arrive. Quelque chose se prépare. Je peux le sentir. Ça a l’air plutôt positif - à vue de nez, comme ça - mais je suis incapable de dire de quoi ça s’agit. Mais c’est énorme. Je crois.

Je vais aller me reposer. Ou plutôt faire un peu de sport et ensuite me reposer. J’ai un peu révisé, mais je suis vraiment crevée de chez crevée et si cette semaine n’est pas une semaine de folie niveau emploi du temps et études… j’ai besoin de préserver mes forces.

Probablement pour ce gros coup à venir. Je sais que je ne dois pas passer à côté - mais je sais aussi que je ne passerai pas à côté. C’est inscrit en moi.

                      ~ ~ ~ ~

*C’est drôle, j’ai mis un "s" à "solitude" alors que je n’y pensais pas… lapsus ? Je le laisse du coup.