Effeuille mes rêves

Irradiation de joie

Je suis fatiguée, mais alors qu’est-ce que je suis contente !

Cette femme (ma psy) est un ange venu du ciel. Cette fois, c’est surtout elle qui a parlé pendant la séance, mais c’était exactement ce dont j’avais besoin ! Et surtout elle a su comprendre ce qui me tourmentait profondément, mettre en lumière ce que mes blocages m’empêchaient de voir. Je pense vraiment que je vais guérir de mon absence de confiance en moi.
Je ne sais pas comment raconter ce qui a été dit pendant la session. Je commence déjà à oublier, hélas. Et puis en même temps, tout était si important ! On a parlé des modèles que j’avais pris pendant mon adolescence. Des modèles de dessins animés, inhumains, trop parfaits, sans faille, qui m’ont fait miroiter un idéal tellement hors de portée à atteindre que j’ai voulu devenir parfaite à mon tour - et que j’ai mal supporté l’inévitable échec. Et quand est venu le moment où j’ai été le plus fragile (quelques mois plus tôt), je me suis perdue et j’ai fait l’amalgame entre l’imaginaire et la réalité. J’avais déjà évoqué ce problème, mais je n’avais pas encore réalisé à quel point il m’affectait. Ou plutôt, si un peu, mais je ne savais pas comment m’en sortir. Là oui : il faut que je trouve des modèles plus réalistes. Ils sont déjà là en moi, m’a-t-elle rassurée, mais il faut leur donner leur voix au chapitre.

Nous avons discuté de la part de "lumière" et de sombre qu’il y a en tout être humain, également. Un peu philosophique et très intéressant. Mais pareil, niveau mémoire je flanche.

J’aurais aimé enregistrer la discussion ! ! Là je peine à me souvenir de ce qu’elle m’a dit, mais aucun doute que ça me reviendra quand j’en aurais besoin.
Elle m’a redonné la pêche, du coup. On a pas débattu que sur ça, mais c’est le plus frappant qui me revient. J’aurais vraiment dû prendre des notes… bon, pas grave ; je garde espoir que les choses se déroulent comme je l’ai écrit (même si j’ai un peu peur d’avoir perdu pour de bon ces bouts de conversation précieux… on retravaillera dessus de toute façon).

Je vais me regarder un petit épisode et me coucher ; je suis réveillée depuis quatre - cinq heures du matin. Trop crevée pour lire.
Mais qu’est-ce que je suis contente !

Demain, je vois ma sophrologue. Et jeudi matin je visite le studio lorgné avec mon père. J’irai peut-être à la plage l’après-midi.