Effeuille mes rêves

Mercredi 06 juin

ARGH ! Je viens de perdre mon écrit !!
Oooh la connexion Internet fait n’importe quoi ! Ça me saoûle ! Pour une fois, j’avais bien détaillé tout ce que j’avais fait dans la journée, et tout… et ben tant pis, je ne réécrirai pas TOUT.
Je garde ma part de "mystère", comme ça, c’est pas plus mal !

J’avais écrit point par point ma journée parce que ça m’aide à être plus concise dans mes propos… mais y’a un problème apparemment, ça ne s’affiche pas dans mon journal comme je voudrais.
Retour au bon vieux gros pavé, donc :

Je suis allée courir ce matin.
J’ai presque fait un tour complet. C’est dommage, ça fait deux fois que j’arrivais à le faire et là j’ai lâché cent mètres avant l’arrivée ! Je m’en veux mais bon, je me dit que c’est comme ça et que de toute façon je suis jamais satisfaite de moi.
Au moins j’ai réussi à bouger.

L’accrobranche de demain a été annulée et reportée à samedi. J’angoisse de nouveau parce que y’aura pleins de gens que je connais pas… mais je peux pas me débiner, Vanina est en train de devenir à moitié folle à cause de tous les gens qui peuvent pas venir, alors si je la lâche aussi, je suis pas sûre de rester en vie !
Y’aura pas Paula. Ça m’est égal, honnêtement. Je pense être prête à la revoir ; et c’est tant mieux parce que ce sera sûrement ce qui va se passer quand je rencontrerai le pote dont j’ai déjà parlé.

J’ai revu ma psy.
Je pensais qu’on avait fait le tour des choses, elle et moi, mais finalement j’ai encore trouvé de quoi lui parler ! J’en suis très très contente, on a bien avancé. Elle m’a aidé à ouvrir les yeux sur ce mécanisme de perfectionnisme que j’ai instauré depuis que les filles que j’adulais enfant m’ont abandonnée ; je n’avais pas encore réalisé que c’était à ce point et dans tous les domaines de ma vie.
Dans le domaine des études, c’est pour ça que je vois tout en trop grand et en brûlant trop d’étapes d’un coup. Dans le domaine social, ça explique ma phobie de msn ! Ma trouille de pas être à la hauteur. Entre autres, mais j’ai la flemme de détailler. En gros, j’estime que si je ne suis pas parfaitement présentable, je n’ai pas à me présenter aux autres ; et vu que je ne me trouve jamais parfaite...
On a donc pas mal discuté de la notion de limites qu’il fallait que j’accepte. Faire de mon mieux au jour le jour, la montagne qui ne se gravit pas en une enjambée mais pas à pas, toussa toussa. J’ai carrément pris des notes pendant la séance, parce que je trouvais ce qu’elle me disait brillant. En fait, j’y avais déjà pensé, mais là je l’ai vraiment intégré. J’espère que ça va changer pas mal de trucs.

Je suis allée faire trois courses, et acheter des médicaments pour mon frère qui a mal à la gorge. Je me suis aperçue en déambulant dans les allées que j’avais la grâce et la démarche d’un camionneur unijambiste. Mais bon.

Je suis très stressée pour demain… pour ma copine. J’ai parlé à la psy de ces retrouvailles et quand je lui ai dit que j’angoissais, elle m’a regardé avec le mot "perrrrrfectionnisteuh !" gravé en fluo au fond de ses prunelles. Elle m’a même imitée : "Je dois être au TOP ! Je suis en dépression maiiis je dois être au top être parfaite être géniale quoi qu’il arrive". Ça nous a fait rire toutes les deux (c’est pas drôle quand on le retranscrit). Elle m’a rassurée, un peu, même si hélas je constate que le stress est revenu.

Je me suis donné un coup de pied aux fesses pour faire un peu de guitare, en rentrant. Je dois faire de la route pour aller chez ma thérapeute, donc mine de rien le voyage m’avait pris du temps (et de la motivation). Han, en parlant de motivation, j’ai pas révisé aujourd’hui ! J’ai recommencé à réviser, voyez-vous, mais d’ailleurs je me suis aperçue que je reprenais mes mauvaises habitudes de cette année… faut que je trouve vite vite des solutions pour bien travailler.
Bref : la guitare. Je crois… je dis bien : je crois... que mes doigts sont en train de se débloquer un chouïa ! Que je commence à voir quelques progrès pointer le bout de leur nez. J’ai été satisfaite tout à l’heure en grattant (je me sens enfin en droit d’utiliser ce mot qui fait rêver).
Mais bien sûr, il suffit que j’écrive tout ça pour que demain touuut s’effondre ? Alors faites comme si je n’avais rien écrit, chuuut !

Bon, j’avais d’autres choses à dire, éventuellement, mais je suis trop fatiguée. Je me suis réveillée vachement tôt, aussi, c’est à cause de ce ventilateur qui fait un boucan pas croyable.
J’espère que je m’habituerai vite à l’entendre en fond de sommeil.

(P.S : Finalement, je me rends compte que j’ai pas été concise du tout dans mes points, là. Maiis c’est pô grave !)