Effeuille mes rêves

Joie bonheur et paillettes scripturales

J’ai retrouvé la foi en mon métier !

Je suis trop contente. J’ai passé une journée d’immersion professionnelle géniale !

Elle compense largement mon stage d’hier qui était très angoissant. À cause des transports. Dans la VILLE. Mais la grosse grosse ville hein même pas celle dont je parlais il y a quelques mois où se situe ma nouvelle école. Qui est une ville moyenne.
Là c’était la GROSSE ville. Je me suis perdue, j’ai pris des sens interdits, des contresens, mon bouffon de GPS a essayé de me faire tuer dans des coupes-gorges etc etc. Horrible. Je me demande d’ailleurs si on ne va pas me retirer mon permis... ? L’angoisse TOTALE donc.

Petite anecdote pathétique marrante sinon : je regardais les dossiers que la prof nous avait passés quand j’ai vu le nom et l’écriture de Jareth.
Et je me suis mise à sourire. Comme une groupie. Oui je sais, c’est nul… La prof parlait de maladies horribles et moi je devais me cacher pour pas qu’on voit que je souriais. Oh et je tremblais aussi. Mais vraiment intensément. Comme un marteau-piqueur. J’ai dû le cacher ça aussi. Me suis lavé les mains pendant trois heures.

Aujourd’hui, j’ai mangé avec Maëlle. On s’est échangé des secrets. J’ai trop aimé notre conversation. Je lui ai parlé de JI. Mais sans mentionner le nom de JI. Je suis vraiment bête de jouer avec le feu comme ça. Je détesterais qu’un proche me reconnaisse.

J’aime ma vie, ça y est. Je trouve que c’est un progrès énorme ! Et je suis contente d’y être arrivé !

J’essaie de ne pas me demander quelle sera la prochaine étape à franchir pour grandir encore. Grandir toujours plus jusqu’à ce que je sois prête à vivre des choses plus palpitantes. Au niveau social surtout. Bien que je me plaise dans ma solitude. En fait ouais je suis vachement à l’aise dans ma solitude. C’est une des choses que j’aime dans ma vie. Mais bon, je rêve quand même d’autre chose - à condition que ce soit autre chose de bien, sinon je n’en veux pas. Vu que ce que j’ai créé est déjà intéressant.

Rencontrer des gens intéressants, en gros. Pas des gens qui me tireraient vers le bas. Et puis pas une multitude de gens, non plus. Je l’ai dit : j’aime ma solitude.

Mais bon toute seule c’est pas mal aussi. Je n’en souffre plus comme j’ai pu en souffrir en me mettant inutilement la pression. J’aime ma vie.