Effeuille mes rêves

Journal magique

Je sature !

J’ai commencé à réviser mais je suis trop pleine d’angoisses, il faut que ça sorte. Alors hop : journal.

J’ai appris que le cours de demain se transformait en cours difficile. J’hésite à ne pas y aller.
Les filles vont me tuer. Non allez faut que j’y aille, quand même. J’vais juste m’efforcer de pas y penser pour feinter au max mon appréhension, voilà.

Et puis sinon c’est toujours ce fichu oraaaaal qui me gave.

Je viens d’apprendre que je devrais certainement avoir une meilleure note que ce que je croyais pour pouvoir valider.

Y’a la partie de moi, la consciente, qui dit qu’elle ne veut pas lâcher l’affaire, que tout est encore possible, et qu’il suffit d’y croire pour attirer la chance. C’est la partie que je choisis de croire et de mettre en avant.
Mais y’a l’autre, la partie inconsciente, qui crie beaucoup plus fort que c’est impossible et que je vais me rétamer. Alors que c’est super important pour moi de réussir ce coup-là, de me prouver que je peux le faire.

J’arrive pas à faire taire cette part inconsciente, c’est en train de me rendre DINGUE.

Et je meurs de trouille.

La nouvelle thérapie n’a définitivement pas marché. La praticienne m’avait dit que j’en ressentirais les effets bientôt mais tout ce que je ressens c’est de la peur, de la peur, de la peur.

MERDE.

Vers quoi je dois me tourner pour passer enfin à autre chose ? !

La vie de moine ?

J’y pense sérieusement en plus…

Une diariste a pris la peine de m’écrire quelque chose de très gentil dans mon forum, il serait peut-être sage de l’écouter. Carpe Diem. Faut que je sois Carpe Diem là. Un jour à la fois.

Mais j’ai tellement envie de travailler mieux et de SAVOIR les choses !  !  ! D’être sûre de moi !
C’est de la torture d’avoir autant d’ambitions et si peu de moyens cognitifs pour la rendre concrète.

Cueille le jour sans te soucier du lendemain.

Entendu, la voix inconsciente ? Lâche moi et commence à penser à des trucs funs, un peu. Alleeeeeeez on y croit, ça va bien se passer.