Effeuille mes rêves

La vacuité et la nature (et les exams, bien sûr)

Je m’étais dit que je ne reviendrais sur JI que pour pondre quelque chose d’intéressant.
Un écrit structuré racontant des choses un peu plus subtiles que les petits babillages sans aucune portée que je gribouille d’habitude.

Mais… ça me manquait trop.

Il s’est passé des trucs pendant ce court laps de temps mais rien d’extraordinaire.

J’ai beaucoup réfléchi. Comme d’hab'.
Ma tête va exploser.

J’ai tenté une cure de désintox'.
C’est ma prof de chant qui m’a dit que ça faisait des miracles. Un citron pressé + un soupçon de piment de Cayenne + une cuillère de sirop d’érable le tout dilué dans une bouteille d’eau. Et on en boit toute la journée, et soit disant on pisse beaucoup et on élimine.
Je n’ai pas eu l’impression que ça ait fait grand-chose mais je pense que j’aurais dû tenir une semaine de plus.
Seulement, j’avais pas la foi d’amener la bouteille couleur pisse en cours et de trépigner sur ma chaise toutes les deux minutes à cause d’une envie pressante. Je réessaierai sûrement aux prochaines vacances.

J’ai revu Paula samedi soir avec Vanina et je crois… je crois que je pourrais lui pardonner pour de bon cette fois.
Parce que j’ai l’impression qu’elle a changé. Enfin. Qu’elle a gagné en maturité et qu’elle a pris plus de recul vis-à-vis de moi. En fait, elle m’ignore un peu maintenant.
J’avoue, j’avoue avec honte, qu’au début ça m’a vexée un chouïa. Mais pas longtemps. Après tout, c’est moi qui ai voulu coupé les ponts et mon égo ne peut pas exiger qu’elle me courre après toute sa vie, ça serait horrible. Donc c’est mieux ainsi. Je craignais l’idée qu’on puisse m’oublier, en fait. Mais bon. Personne n’est irremplaçable.

J’ai grossi. Bouhouhou.
Mais je n’arrive pas à me mettre au sport. C’est incroyable de constater à quel point je suis pas faite pour aimer ça. Je continue à courir mais pas régulièrement et de toute façon pas suffisamment longtemps mais il m’est à l’heure actuelle impossible de trouver la volonté de faire plus. Donc je dois accepter mes kilos en trop (qui commencent à grave s’accumuler) sans broncher.

J’ai appris quelque chose d’affreux sur Ivy. Une abomination qu’elle a faite il y a quelques années. J’peux pas vous dire ce que c’est - on sait jamais - mais vous pouvez sûrement pas imaginer. C’est probablement pire que ce à quoi vous pensez, je crois qu’elle pourrait aller en prison pour ça. Elle le devrait peut-être même tellement c’est horrible.

J’en ai des frissons rien que de l’écrire.

Mais bon, je ne dois pas lui en parler et garder la tête haute, faire comme si je ne savais rien.
Je ne peux rien faire de toute façon. Donc dossier classé.

Je suis épuisée.
La première raison de ma désertion momentanée de JI ça a bien sûr été les examens. J’en avais deux énormissimes il y a deux semaines et je ne voulais pas assommer mon journal des mêmes banalités que j’écris toujours quand je suis en exam (c’est-à-dire presque tout le temps).
J’ai fait de mon mieux et… je crois que j’ai foiré. Je suis dégoûtée à un point difficile à retranscrire.
Puis est venue une semaine de vacances. Dont je n’ai pas profité, focalisée sur le prochain examen. Du coup, je ne me suis pas vraiment reposée, et j’en paie le prix maintenant que je suis retournée à la fac.

Remarque, d’après ce que j’ai entendu hier, on est tous plus ou moins comme ça.

Je suis un peu inquiète.
Les vitamines ne me font plus rien. Le jus d’orange non plus. Les pensées positives n’en parlons pas. Et l’auto-hypnose… moyen. Pas assez en tout cas. C’étaient mes armes matinales et elles sont devenues obsolètes.

Je sais pas comment je vais tenir sept semaines comme ça, avec d’autres examens en plus ! !

La vie d’étudiante n’est pas du tout ce à quoi je m’attendais !
J’ai toujours su que je travaillerai comme une dingue. Que je privilégierai les révisions aux sorties (même hors période d’exam). Mais je pensais réellement que cela paierait !  !  ! Que j’aurais les notes et les connaissances qui vont avec ! Au lieu de quoi je suis toujours à la ramasse.
Y’a des jours où je me dis que c’est mon destin.

Et mon destin tel qu’il est… j’ai essayé de le changer, je n’y suis pas arrivée, mais il ne me plaît pas.

M’enfin, p’tètre que les choses vont s’arranger toutes seules mais qu’il faut juste que j’attende un peu ?

Mouais. Le truc c’est que je suis VRAIMENT impatiente.

Je bosse très très dur et je tiens la distance sur plein de choses assez subtiles, dont je ne parle pas forcément, mais faire tout ça sans le moindre résultat… franchement, c’est chaud.
Je vois pas pourquoi je continue à faire des efforts si je ne reçois rien en retour. Et ça n’a rien à voir avec le vertueux "donner vaut mieux que recevoir" auquel on me renvoit sans cesse. Y’a un moment où si on donne tout mais qu’on reçoit rien, on reste vide. Et la vacuité est contre-nature, la nature cherche toujours à combler les vides.

Alors pourquoi ne comble-t-elle pas mon âme ?

Y’a vraiment un truc qui cloche dans cette histoire. Vraiment. Je n’arrive pas à voir ce que c’est.