Effeuille mes rêves

Longues études

Le plus important de l’année est demain.

Je parle exam', comme toujours.

Pourvu que je le rate pas… Par pitié, faut pas que je le rate…

Je le bosse vraiment très dur mais je sais pas si c’est assez. Pour mieux le bosser, vu que c’est une matière spéciale spécifique à la filière dans laquelle je suis, il faudrait que je sois avec d’autres étudiants. Sauf que j’ai envie de voir PERSONNE. Alors je révise seule.

Mon frère m’a un peu aidée hier mais c’était pas fameux. Et je peux pas l’embêter aujourd’hui.

Je suis épuisée, j’ai tout le temps envie de pleurer. Tout le temps.

Demain, c’est sûr, une fois passé 16h30, ça ira mieux. Y’aura encore une journée à bosser mais ça sera moins stressant. Et après, liberté.

Mais en attendant, j’ose même pas imaginer à quel point je vais en baver.

Là, déjà, j’en bave parce que je panique parce que je suis si fatiguée que mes yeux se ferment tout seuls et que je ne peux plus réviser alors que j’ai encore d'énormes lacunes, et plus le temps passe plus y’a le stress qui monte alors c’est de pire en pire et je sens que demain à 14h je vais EXPLOSER de trouille et dans ce cas-là je risque de perdre tous mes moyens et de ne plus rien me rappeler.

Enfin bref : c’est horrible.

Je sais bien que je suis chiante à chouiner, mais je suis à bout… Et je suis forte pour mes proches, alors y’a qu’ici où je peux vraiment évoquer l’ampleur de mon angoisse.

Et encore. J’ai l’impression que j’évoque rien du tout, que y’a rien qui passe dans mes écrits. Mais au moins, je tape sur le clavier, je tape sur quelque chose, et ça défoule. Ou pas.

J’ai les nerfs tellement à fleur de peau. Je les sens qui vibrent sous ma peau tellement je suis sous tension. Si je rate cet examen… j’ai envie de dire que je me tue. D’ailleurs je le dis. Je le ferai pas bien sûr mais le dire ça donne une touche dramatique et ça me permet de me dire que du coup je raterai pas parce que après toutes ces conneries si j’avais dû me tuer je l’aurais fait avant.

Je raconte N’IMPORTE QUOI.

J’en peux plus.

Y’a un truc qui est bloqué dans ma gorge. Un genre de cri. J’ai envie de le laisser sortir, de hurler un bon coup jusqu’à épuisement, et puis de tomber dans les pommes et de plus me réveiller avant huit jours.

Mais bon, c’est pas possible.

Aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah pitié, faites que tous ces sacrifices servent à quelque chose !

Je suis à deux doigts d’y laisser ma santé mentale. Je ne sais pas si c’est normal, à ce point. Je suis peut-être pas faite pour de longues études ?

Pitiéééééééééééééé faut que je réussisse.................................

P.S : Règles douloureuses un jour avant l’exam. Je suis maudite.

Re-PS : Par contre, rêve de cette nuit agréable !