Effeuille mes rêves

Mais je le connais

Il faut que je me rende à l’évidence.

Je le connais ce fichu cours !

J’ai réussi à réviser depuis. Bon, je ne suis pas toute électrique et entrée à fond dedans, mais le programme de révision que je m’étais fait était laaaargement suffisamment complet pour que je me permette de souffler un peu.
Ce soir, pour la première fois, je vais faire ce qu’on me conseille à chaque fois et que je ne fais jamais : je ne vais PAS réviser la veille de l’exam.

On ne se refait pas non plus alors je relirai demain avant de me rendre (j’allais écrire au bûcher, n’importe quoi) en salle.
De toute façon, ça commence à 11h mais je ne dormirai pas jusqu’à 10h donc ça me fera passer le temps.

Et ce soir - j’ai hâte, j’me frotte les mains rien qu’en y pensant - je bulle !!
J’vais me trouver un film sympa à regarder et je vais me détendre. Je pense à un Pirate des Caraïbes qui font partie de mes films préférés. Faut voir les DVDs que j’ai emmenés avec moi aussi. Bon, jusqu’à maintenant, je n’ai toujours pas passé la moindre soirée à réviser jusqu’à repousser mes limites de somnolence, donc c’est pas un projet qui chamboule non plus totalement mes habitudes. Je rentrais de cours, je bossais un peu, puis je faisais ce que je voulais. Mais quand même !
Tant que cette situation peut durer, je suis très contente. J’en profite à fond - j’ai, comme je l’ai déjà dit, jusqu’aux vacances de Noël pour le faire alors autant en profiter.

Je me suis réveillée à 5h du matin avec une petite angoisse aujourd’hui.
Toujours pareil, pas envie de réécrire pourquoi. D’ailleurs ça me fait penser que j’ai vraiment fait n’importe quoi niveau social hier ! ! J’ai croisé Aurore et quelques autres filles que j’aime beaucoup de ma promo précédente, et je me suis comportée comme une jeune fille en fleur. Je répondais brèvement aux questions, détournais le regard, rougissais presque… Affligeant. Je les connais, ces filles, merde à la fin ! J’avais tellement peur de les agacer, de les déranger. Du coup, je n’ai pas osé proposer à Aurore de sortir boire un coup un soir. J’y pense depuis quelques temps, elle me manque Aurore ! L’année dernière on ne se parlait plus parce que je craignais Othélie mais maintenant ça commence à bien faire cette histoire d’avoir peur de tout le monde. Je pourrais au moins proposer, mais non je n’arrive pas à me décider. Toujours cette peur d’être ennuyeuse et de n’avoir rien à dire une fois le moment M arrivé.

Ce matin, donc, j’ai géré ce stress impromptu et j’en suis drôlement fière. J’ai simplement récité mon cours et voyant que je ne m’en tirais pas trop mal, ça m’a rassurée (même si c’est pas vraiment à ça que je pensais quand je balisais, ça a dévié les pensées obsessionnelles).
Pour être franche, ça m’a surprise de trouver une parade qui MARCHE pour une fois !

Aha, hier aussi !
Un humoriste que Vanina et moi adorons passait en ville. On était censées aller voir son spectacle mais Van' a eu un empêchement (un examen aussi je crois) et du coup on n’a pas pris les places.
Mais elle avait proposé d’aller devant la salle de spectacle le "traquer", en fin d’aprèm. Euh "traquer" c’est exagéré hein ! Ça veut dire en l’occurence "se promener pas loin voir si on pourrait pas inopinément et en toute spontanéité le croiser et échanger trois mots sans montrer qu’on est de vraies groupies qui parlaient de le kidnapper et...". Ok, j’m’enfonce.
Bref, au final, elle n’a pas pu non plus (c’est ma faute, j’avais dit non et puis j’ai changé d’avis au dernier moment pour pouvoir aller à la librairie) mais moi j’y suis allée. Sauf que je ne savais pas où était la salle, donc je me suis juste promenée en faisant des plans sur la comète avec Van' par texto comme de vraies petites gamines. J’fais pas souvent ça, ça fait du bien ! Et puis en plus ça prouve que cet homme arrive à nous faire rire et à nous rendre joyeuses même en étant pas là directement, chapeau.
Mon objectif premier, c’était surtout les bouquins quand même. Suis pas vraiment une groupie, j’vous rassure. J’avais juste besoin de rêve disons. Bref, je me suis acheté le livre "De grandes espérances" de Charles Dickens. Ça faisait longtemps que je voulais lire un Dickens, ça tombe bien ! Celui-là m’a attiré parce que j’ai cru comprendre que le héros attendait un genre de miracle. Comme moi !

Je me demande ce que c’est, la vie d’artiste, quand même.

J’ai conscience que ça doit être d’un stress monumental… mais ça fait rêver. Je sais que ce sont des gens comme vous et moi, mais je ne peux pas m’empêcher de romantiser leur vie. De les imaginer sur une toute autre longueur d’onde, avec une certaine sagesse, une autre vision des choses. Le fameux petit plus que je recherche mais ne trouve pas. Quelque chose de passionnant.
Je les imagine au-dessus de nos préoccupations mortelles, aussi. C’est bête quand on y pense. Ils sont humains comme nous. Mais ils ont l’air sur une autre planète, une planète tellement plus belle que celle qui est notre réalité ! Je dis pas que ce sont des dieux non plus, faut pas déconner, mais c’est comme dans cet épisode de Doctor Who où Rose revient sur Terre sans le Docteur. Elle ne supporte pas de revenir à une vie banale après avoir goûté aux voyages, aux aventures, tout ça. Bah la vie d’artiste, je vois ça comme un périple avec le Docteur, exactement pareil. On mange, on dort, on boit, comme avant parce que c’est vital, mais on fait quelque chose en plus, on vit différemment, et on est à fond dans ce qu’on fait du coup. Tout est plus intense.
Les acteurs, tout ça, ils font quoi quand ils ne "artisent" pas ?
On peut pas dire que ce soit le côté soirées mondaines qui m’attire. Mais alors... ?

Oh je suis en retard là ! J’en parlerai peut-être une autre fois !