Effeuille mes rêves

Malbouffe, un nouveau questionnaire + un portrait chinois

La malbouffe, ça me fait philosopher.

Je me demande pourquoi alors que certaines choses sont tellement bonnes et addictives il faudrait y renoncer. À quoi bon prendre le temps de créer quelque chose au goût captivant, qui vous kidnappe toute volonté, si c’est pour vous dire juste après : "au fait, tu peux mourir si tu manges trop de ça" ?
La vie ça ne peut pas être que ça, voyons ! "Quand c’est bon c’est dégueulasse pour la santé et quand c’est dégueulasse c’est bon pour la santé", non ! Trop facile.
Je sais bien qu’effectivement pour la santé ça n’est pas bon. Et qu’il existe des choses bonnes pour la santé qui sont bonnes - les fruits, en général, par exemple. Mais pourquoi compliquer les choses en rendant l’objet de ma question VRAIMENT tentant ?
J’ai perdu dix kilos depuis l’année dernière. Parce que je me suis motivée à me tourner vers des trucs meilleurs pour mon hygiène de vie ; mais la malbouffe occasionnelle je ne sais pas y résister. C’est vraiment affreux. Il y a eu une époque avant ça où j’ai essayé de mieux manger, eh bien je n’ai pas réussi ; trop de tentations (et de temps libre ; c’est paradoxalement quand j’étais bien occupée que je me suis rajouté le plus de séances de sport).

Alors à quoi ça sert les tentations ?

Je l’ai écouté très attentivement mais le discours chrétien sur les sacrifices constants à faire, sur la souffrance inhérente à la vie, ne me convient pas.
Je dois donc me trouver une autre réponse. Mais où chercher quand on reste englué dans de la théologie alimentaire comme ça ?

Je m’étais mis de côté un petit questionnaire parce que j’aime bien ça, ça me force à écrire pour mon challenge "750 mots minimum par jour" mais sans me brusquer.
Il s’agit du questionnaire de Pivot, suivi d’un portrait chinois.

1. Votre mot préféré ? Fraîcheur.

2. Le mot que vous détestez ? Coup de cœur.

3. Votre drogue favorite ? La lecture… trop facile ; alors on va dire aussi l’eau gazeuse.

4. Le son, le bruit que vous aimez ? Le bruit de la couleur jaune.

5. Le son, le bruit que vous détestez ? Haaaaaan je déteste mais alors je DÉTESTE l’espèce de bruit de succion que font certaines personnes, c’est un peu le même que quand on fait la bise mais en plus poussé, aaaah il me fait mal aux dents ce bruit trop nul !! !

6. Votre juron, gros mot ou blasphème favori ? Pute vierge (en mode exclamation, pas en mode insulte).

7. Homme ou femme pour illustrer un nouveau billet de banque ? Terry Pratchett, bouhouhou !

8. Le métier que vous n’auriez pas aimé faire ? Actrice. Sérieux je comprends pas pourquoi plein de gens rêvent devant la vie des acteurs/actrices, moi je trouve que c’est un train de vie monstrueux !

9. La plante, l’arbre ou l’animal dans lequel vous aimeriez être réincarné ? Alors comme végétal ça serait un arbre très grand avec plein de feuilles et plein de grosses branches pour que les gens puissent grimper ; et comme animal ça serait n’importe quel oiseau qui peut voler.

10. Si Dieu existe, qu’aimeriez-vous, après votre mort, l’entendre vous dire ? "Bouh Alohaaaaaa ! Tu m’as manqué, ça va ? On a des manèges à volontéééééééé, viens !".

Si j’étais un objet, je serais... Oh. L’histoire de ma vie. Un pichet d’eau.

Si j’étais une saison, je serais... Le printemps !

Si j’étais un plat, je serais... Les spaghettis bolognaise (boloss niaise… ok ok j’me tais).

Si j’étais un animal, je serais... Un chat ! Dit la meuf qui deux lignes plus haut a répondu "oiseau". Non ben non un oiseau du coup, forcément.
Tiens ça me fait penser à un sketch sur la grammaire française… "Oh, un oisal !".

Si j’étais une chanson, je serais... Une chanson de comédie musicale qu’on pourrait chanter à n’importe quel moment de la journée, super entraînante et qui donne la pêche.

Si j’étais une couleur, je serais... Le rose. Pardon. Mais en ce moment, c’est ça, c’est le rose.

Si j’étais un roman, je serais... "Jonathan Strange et Mr Norrell". J’ai adoré ce livre. Pfff j’en ai adoré des livres… Joker sur cette question.

Si j’étais une légende, je serais... Une fée célèbre pour aider (ou emmerder selon les jours) les humains.

Si j’étais un personnage de fiction, je serais... la Belle au Bois Dormant de Disney. Je ne sais pas pourquoi : elle ne sert à rien, elle ne fait rien dans le dessin-animé, mais depuis que je suis petite j’adore cette princesse. Je pourrais dire Esmeralda de Disney aussi parce que je m’identifiais beaucoup à elle - jusqu’au jour où j’ai appris sa véritable histoire version Victor Hugo, depuis je suis terrorisée à l’idée de connaître son destin.

Si j’étais un film, je serais... Pirates des Caraïbes ou Shrek.

Si j’étais un dessin animé, je serais... Un Disney - oui ça fait beaucoup de Disney dans une seule entrée mais bon ce sont des choix hypothétique et j’ai hypothétiquement pas envie d’être malheureuse, je préfèrerais être toujours heureuse comme à Disney doooonc je réponds du Disney.

Si j’étais une arme, je serais... Un stylo-ninja.

Si j’étais un endroit, je serais... Une plage.

Si j’étais un oiseau, je serais... en train de voler, tout le temps !

Si j’étais une musique, je serais... ça.

Si j’étais un élément, je serais... Air.

Si j’étais un végétal, je serais... Un cerisier (oui, très original encore...).

Si j’étais un fruit, je serais... Un abricot ! Ou une poire ! Oh pffff j’ai tout d’une poire, oui.

Si j’étais un bruit, je serais... Une vague.

Si j’étais un climat, je serais... Climat de bord de mer.

Si j’étais un loisir, je serais... À part la lecture ? L’écriture. Non la peinture. J’aimerais tant savoir dessiner, avoir un peu de fibre artistique.

Si j’étais une planète, je serais... alors sûrement pas une planète de notre système solaire, parce qu’elles me font toutes flipper. Mais vraiment. Alors je serais une planète sur laquelle la magie existe, youpi !

Si j’étais un vêtement, je serais... un jean crasseux et tâché, à la garçonne, comme ceux que je porte.

Si j’étais une pièce, je serais... une pièce de monnaie ou une salle ? C’est très important comme nuance enfin !

Si j’étais un véhicule, je serais... Ma voiture toute vieille cabossée mais que j’adore.

Si j’étais un adverbe de temps, je serais... Rapidement. Pour changer un peu.

EDIT : J’essaie de me remettre à l’espagnol.